Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2015 → La reconfiguration du conseil technique et modes d’accès aux ressources en conseil des agriculteurs au maroc : cas des secteurs laitier et maraicher dans le Sais.

Université de Bourgogne Franche-Comté (2015)

La reconfiguration du conseil technique et modes d’accès aux ressources en conseil des agriculteurs au maroc : cas des secteurs laitier et maraicher dans le Sais.

Bekkar Younès

Titre : La reconfiguration du conseil technique et modes d’accès aux ressources en conseil des agriculteurs au maroc : cas des secteurs laitier et maraicher dans le Sais.

Auteur : Bekkar Younès

Etablissement de soutenance : Université de Bourgogne Franche-Comté

Grade : Doctorat 2015

Résumé
La thèse s’intéresse à la structuration du champ du conseil aux agriculteurs et à la façon dont ces derniers exploitent et accèdent au conseil existant pour pouvoir penser et orienter leurs pratiques. D’une part, elle analyse la reconfiguration du conseil agricole dans le Saïs au Maroc à travers une comparaison de l’évolution des dispositifs de conseil pour deux productions agricoles (maraichage et production laitière). D’autre part, elle analyse les formes d’accès et d’usage du conseil et la place qu’occupe celui-ci en étudiant les réseaux de dialogue professionnel des agriculteurs et les liens avec les acteurs du conseil. La reconfiguration du conseil au Maroc s’est traduite par le passage d’un champ de conseil piloté principalement par les acteurs publics vers un champ dominé par les opérateurs économiques de différents types. Sauf quelques exceptions, les organisations professionnelles n’ont pas intensifié leur présence dans le champ du conseil. La montée en puissance des opérateurs économiques a engendré une transformation des formes de conseil. Après une phase dominée par une vulgarisation de masse et une approche diffusionniste pilotée par les services publics, les opérateurs économiques développent des services de conseil individuel (payant ou gratuit) pour pénétrer, développer ou stabiliser des marchés auprès des agriculteurs, sans autant rompre totalement avec les pratiques habituelles de vulgarisation et de transfert de technologie. En fonction des productions agricoles, la diversité des acteurs du conseil peut être différente. Elle est associée à des logiques d’acteurs, des champs d’intervention et de spécialisation, ainsi qu’aux populations cibles. Pour notre cas d’étude, le fort interventionnisme de l’État s’est traduit par une présence d’organisations professionnelles et de plusieurs structures publiques chargées du conseil autour du secteur laitier. Divers espaces de conseil ont été « libérés » suite au désengagement de l’État induisant l’émergence de plusieurs types d’acteurs privés (vétérinaires, revendeurs d’intrants, coopératives laitières…). Pour le maraichage, la faible implication des pouvoirs publics n’a pas favorisé l’organisation du secteur. Les services de conseil publics été principalement liés à l’approvisionnement en intrants. Ainsi, le désengagement de l’État n’a pas offert des grandes opportunités pour diversifier les champs d’intervention en termes de conseil et a induit une faible diversification des acteurs du conseil autres que publics. En mobilisant des outils de la sociométrie, nous avons montré que le réseau de dialogue professionnel des agriculteurs est constitué d’un ensemble de sous-réseaux d’échange d’information et de conseil de configurations différentes, et où les positions des individus varient selon les productions agricoles et les thématiques techniques. Au sein de ces réseaux, la distribution du conseil fourni par les conseillers techniques ne se fait pas au hasard. Elle vise une certaine diversification des ressources en conseil au sein des groupes d’agriculteurs avec des liens intenses. Nous avons aussi montré une forte interaction entre l’offre de conseil disponible et les agriculteurs. La majorité des agriculteurs est en lien direct avec les acteurs non étatiques du conseil alors que les liens avec les acteurs de conseil public sont très réduits. L’offre de conseil structure les liens des agriculteurs avec les conseillers techniques de sorte que plus cette offre est diversifiée en termes de types et de nombre d’acteurs, plus les agriculteurs ont une interaction importante avec cette offre. La nature des liens (conseil ou échange d’information) dépend principalement des logiques des acteurs, de leurs intérêts et de leurs modes d’intervention conditionnant leur présence et l’intensité du contact avec les agriculteurs. La présence d’un panorama d’acteurs amène à s’interroger sur l’avenir du conseil par rapport à la prise en compte de la diversité des agriculteurs et de leurs logiques, l’équité d’accès au conseil et l’articulation entre les actions de conseil de l’ensemble des acteurs (public et privé). Cette diversité, oblige les pouvoirs publics à composer entre des éléments pas toujours convergents dans le cadre de la nouvelle stratégie du conseil agricole, dont l’un des principaux axes est la promotion des opérateurs économiques

Présentation (Prodinra)

Page publiée le 30 novembre 2017