Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Burkina Faso → Recherches sur l’évolution de la végétation sous l’effet du paturâge dans l’Ouest du Burkina Faso (zone soudanienne : cas de Bondoukuy, Kassaho et Kourouma

Université de Ouagadougou (1997)

Recherches sur l’évolution de la végétation sous l’effet du paturâge dans l’Ouest du Burkina Faso (zone soudanienne : cas de Bondoukuy, Kassaho et Kourouma

Diallo, Mohamed Sambourou

Titre : Recherches sur l’évolution de la végétation sous l’effet du paturâge dans l’Ouest du Burkina Faso (zone soudanienne : cas de Bondoukuy, Kassaho et Kourouma

Auteur : Diallo, Mohamed Sambourou

Etablissement de soutenance : Université de Ouagadougou

Grade : DOCTEUR DE TROISIEME CYCLE 1997

Résumé
L’évolution de la végétation sous l’effet de la pâture a été étudiée dans trois villages de l’ouest burkinabé, caractérisés par des densités de population animale croissantes : Kourouma. Bondoukuy et Kassaho. Ces régions appartiennent à la zone phytogéographique soudanienne. avec des sols ferrugineux et quelques sols hydromorphes et peu évolués. A partir d’enquêtes auprès des éleveurs de différentes ethnies (peuls, sénoufo, mossé et bwaba). de suivis de troupeaux aux pâturages et de prospection approfondie des zones signalées. un total de 86 sites considérés comme dégradés ont été identifiés. Chacun d’entre eux a fait l’objet de relevés écologiques. Une telle étude a révélé une flore à forte composante sahélienne. Onze groupements f10ristiques ont pu être mis en évidence et répartis en cinq grandes unités de végétation : les parcs de stationnement, les points d’abreuvement, les milieux embuissonnés, les jachères et les savanes. Ces milieux reposent essentiellement sur des substrats argilo-sableux. Néanmoins, l’étude de la composition chimique de ces sols a montré qu’on ne pouvait les classer comme des milieux pauvres. L’étude parallèle des systèmes d’élevage a montré que la quantité de fourrage n’était limitative dans aucun de ces villages en saison des pluies. Cependant la répartition du cheptel sur les terroirs n’est pas homogène et de nombreux troupeaux, limités dans leurs déplacements par les zones agricoles, ne peuvent accéder aux meilleurs pâturages. Un schéma d’évolution de la végétation sous l’effet de la pression pastorale vers les milieux dégradés est proposé.

Mots clés : Zone soudanienne, Burkina Faso, écologie végétale, dynamique de la végétation, p turages, groupements floristiques, dégradation

Version intégrale

Page publiée le 7 décembre 2017