Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2003 → La filière cuirs et peaux au Burkina Faso : la société TAN-ALIZ, une industrie de valorisation de ressources nationales

Université de Ouagadougou (2003)

La filière cuirs et peaux au Burkina Faso : la société TAN-ALIZ, une industrie de valorisation de ressources nationales

Nikiema D. Edwige

Titre : La filière cuirs et peaux au Burkina Faso : la société TAN-ALIZ, une industrie de valorisation de ressources nationales

Auteur : Nikiema D. Edwige

Etablissement de soutenance : Université de Ouagadougou

Grade : Maîtrise de Géographie 2003

Résumé
Au Burkina Faso, : elle est intimement liée aux diverses activités de l’agriculture et de l’élévage. 90 % de la population pratique l’agriculture ajoutée à une forme extensive d’élévage. Les cuirs et peaux, sous-produits de cette dernière activité, ont suscité la création d’industrie d’aval pour valoriser cette ressource nationale. RESUME Amorcée depuis la décennie 1970 la filière industrielle des cuirs et peaux est dotée d’une solide expérience. Elle occupe une place importante dans les exportations nationales avec 22 Milliards de FCFA en 2000 et depuis cette année, l’industrie des cuirs et peaux est majoritairement représentée par la Société TAN-ALIZ, société aux domaines d’intervention divers au sein de la filière : l’achat et la collecte des cuirs et peaux, le conditionnement par le tannage et la confection d’articles finis, les opérations d’exportation. De part l’envergure de ses activités, le rayonnement géographique de la Société a franchi les limites nationales pour se retrouver à un niveau international où la qualité des produits n’est plus à démontrer. Industrie urbaine à vocation nationale, la Société TAN-ALIZ génère des emplois directs et indirects et donc des revenus aux nombreux citoyens qu’elle emploie. Malgré cette importance la filière industrielle des cuirs et peaux est en proie à des difficultés dont les plus importantes sont l’exportation massive de bétail vif, la mauvaise qualité de la matière première, la concurrence des produits artisanaux de maroquinerie et l’impact environnemental des eaux usées de la tannerie. MOTS

Mots clés : Burkina Faso - Ouagadougou - Activités industrielles - Industrie d’aval - Cuirs - Peaux - Valorisation - Ressource nationale - Collecte - Conditionnement - Tannage - Maroquinerie - Commercialisation - Environnement -

Version intégrale

Page publiée le 8 mars 2018