Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2003 → Les stratégies paysannes de lutte contre la dégradation des terres dans le Sahel burkinabé

Université de Ouagadougou (2003)

Les stratégies paysannes de lutte contre la dégradation des terres dans le Sahel burkinabé

Lompo Olivier

Titre : Les stratégies paysannes de lutte contre la dégradation des terres dans le Sahel burkinabé

Auteur : Lompo Olivier

Etablissement de soutenance : Université de Ouagadougou

Grade : Maîtrise de Géographie 2003

Résumé
Le Sahel burkinabè particulièrement le Sahel agro-écologique (200 à 600 mm de pluviométrie) est caractérisé par une forte dégradation des ressources naturelles. Cette régression est imputable à des facteurs naturels et anthropiques. La présente étude porte sur trois terroirs situés dans le Sahel agro-écologique burkinabè : le terroir de Oursi considéré comme limite septentrionale virtuelle de l’habitat sédentaire au Burkina Faso et caractérisé par un paysage dunaire ; tandis que Mani apparaît comme la limite méridionale du Sahel agro-écologique. Le terroir de Katchari est une zone de transition entre le paysage dunaire au Nord et l’habitat sédentaire au sud. La dynamique régressive des ressources naturelles dans ces terroirs notamment les sols a conduit les paysans à élaborer des stratégies et des techniques d’occupation et d’utilisation des terres. Ces méthodes traditionnelles de récupération et de restauration des terres dégradées sont certes efficaces, mais malheureusement elles sont rapidement périssables, ce qui rend très peu perceptibles leur impact par rapport à l’ampleur de la dégradation des terres.

Mots clés : Sahel, dégradation des terres, stratégies paysannes, techniques traditionnelles, désertification, Oudalan, Séno, Gnagna, Burkina Faso

Version intégrale

Page publiée le 30 mars 2018