Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2014 → Fonctionnement physico-chimique et développement du phytoplancton dans la réservoir de Karaoun (Liban) : application d’un modèle couplé hydrodynamique-écologique

Université Paris-Est (2014)

Fonctionnement physico-chimique et développement du phytoplancton dans la réservoir de Karaoun (Liban) : application d’un modèle couplé hydrodynamique-écologique

Ali Fadel

Titre : Fonctionnement physico-chimique et développement du phytoplancton dans la réservoir de Karaoun (Liban) : application d’un modèle couplé hydrodynamique-écologique

Physico-chemical functioning and development of phytoplankton in Karaoun reservoir (Lebanon) : application of a hydrodynamic-ecological model

Auteur : Ali Fadel

Etablissement de soutenance : Université Paris-Est,

Grade : Doctorat 2014

Résumé
Quarante pour cent des réservoirs du monde souffrent d’eutrophisation. Ce problème mondial augmente la biomasse de phytoplancton dans les réservoirs et perturbé leurs utilisations. Comprendre les mécanismes et les processus qui contrôlent la prolifération de cyanobactéries sont de grande préoccupation. Les modèles d’écosystèmes nous permettent de simuler, d’analyser et de comprendre les processus écologiques dans les lacs et les réservoirs. La communauté de phytoplancton et de l’application du modèle écologique sont mal documentées dans le Moyen-Orient. Karaoun réservoir, le plus grand plan d’eau au Liban, a été construit pour l’irrigation et la production hydroélectrique. Il ya un grand intérêt dans la qualité de ce réservoir d’eau car il sera utilisé pour alimenter la capitale Beyrouth avec de l’eau potable. Les objectifs de la thèse sont de concevoir et mettre en œuvre des campagnes de terrain pour suivre et comprendre la dynamique du phytoplancton et des cyanobactéries dans le lac de barrage de Karaoun, de modéliser le fonctionnement physique et biogéochimique de cette retenue. Des campagnes d’échantillonnage ont été effectuées deux fois par mois entre mai 2012 et Août 2013 pour évaluer l’état trophique et la diversité biologique et la dynamique de la communauté de phytoplancton en réponse aux changements des conditions environnementales. Ces mesures de campagne ont été ensuite utilisées pour calibrer et valider un modèle hydrodynamique-écologique unidimensionnel sur Karaoun réservoir. Nos résultats ont montré que : la retenue de Karaoun, fortement stratifiée thermiquement entre mai et août, est eutrophe, et présente une faible biodiversité. Seulement 30 espèces de phytoplancton ont été recensées en 2012-2013. La stratification thermique qui apparaît au printemps réduit la croissance des diatomées et entraîne leur remplacement par des chlorophycées. Les cyanobactéries dominent en été : Aphanizomenon ovalisporum lorsque la température de surface de l’eau est inférieure à 25 °C, Microcystis aeruginosa lorsqu’elle est supérieure à 25°C. Le dinoflagellé Ceratium hirundinella constitue l’espèce dominante en fin d’automne lorsque la colonne d’eau est mélangée, l’intensité lumineuse est faible et la température de l’eau d’environ 19 °C. Contrairement aux températures de surface élevées, supérieures à 26 °C, auxquelles prolifère A. ovalisporum dans les autres lacs, une prolifération d’A. ovalisporum survient en octobre 2012 dans la retenue de Karaoun, à une température de l’eau de 22 °C et alors que la stratification thermique est faible. La cylindrospermopsine (CYN), une cyanotoxines, a été détectée dans la retenue de Karaoun, même en l’absence d’A. ovalisporum, seule espèce qui la produit identifiée dans la retenue. La CYN atteint une concentration de 1,7 µg/L, supérieure à la valeur guide pour l’eau potable de 1 µg/L (Organisation Mondiale de la Santé). Une configuration simple de Dyresm-Caedym a permis de simuler avec succès la croissance et la succession des cyanobactéries A. ovalisporum et M. aeruginosa. Le modèle réalise de bonnes performances pour la simulation du niveau de l’eau du réservoir (RMSE <1 m pour une variation annuelle de 25 m), des profils de température de la colonne d’eau (RMSE <1 °C pour des variations annuelles comprises entre 13 et 28 °C) et de la biomasse des cyanobactéries (RMSE <48 µg/L équivalent chlorophylle-a, concentration entre 0 et 206 µg/L). A l’échelle locale, cette thèse est importante pour les autorités de gestion des eaux libanaises qui visent à utiliser ce réservoir pour production d’eau potable. Il a également permis de mieux comprendre les processus et les mécanismes qui contrôlent la prolifération de cyanobactéries. L’application de configurations de modèles simples avec procédés principaux pourrait être transposée sur d’autres réservoirs eutrophies

Présentation (Archives Ouvertes)

Version intégrale (17,1 Mb)

Page publiée le 25 janvier 2018