Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2016 → Co-infection Rice Yellow Mottle Virus …Xanthomonas oryzae pv.oryzicola : analyse épidémiologique dans les rizières à l Ouest du Burkina Faso

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (2016)

Co-infection Rice Yellow Mottle Virus …Xanthomonas oryzae pv.oryzicola : analyse épidémiologique dans les rizières à l Ouest du Burkina Faso

Barro, Mariam

Titre : Co-infection Rice Yellow Mottle Virus …Xanthomonas oryzae pv.oryzicola : analyse épidémiologique dans les rizières à l Ouest du Burkina Faso

Auteur : Barro, Mariam

Etablissement de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso

Grade : Ingénieur du Développement Rural 2016

Résumé
Troisième céréale produite dans le monde, le riz occupe la quatrième place au Burkina Faso mais la production nationale de riz du pays demeure faible et ne couvre que 47% des besoins du pays. Cela est en partie dû aux problèmes phytosanitaires dont, les plus importants sont la panachure jaune causée par le Rice Yellow Moule Virus (RYMV) et les bactérioses dues à Xanthomonas oryzae (Xo). Ainsi nous nous sommes fixés pour objectif, de déduire le potentiel effet des interactions virus !bactéries sur l’évolution de chaque pathogène et de la résistance de la plante dans un contexte de co-infection, par rapport à des infections simples à l’Ouest du Burkina Faso. Pour cela, nous avons collecté des échantillons de feuilles dans des parcelles de riz à Banzon, Karfiguéla, Douna, Karangasso Sambla et Souroukoudinguan. Puis, ces échantillons ont été analysés par des méthodes de diagnostic moléculaire afin de détecter le RYMV par ELISA et les bactéries Xo par PCR Multiplex. Aussi, des infections expérimentales ont été réalisées afin de comparer les infections simples aux co-infections. Notre étude a montré que la plus forte prévalence du RYMV est observée à Banzon (77,48%) de même que la plus forte incidence de Xanthomonas oryzae pv. oryzicola (Xoc) (100%). Toutefois, c’est à Douna que nous avons la plus forte incidence de RYMV (67%). Les parcelles infectées simultanément par RYMV et Xoc étaient fréquentes (58%) à Banzon, tandis qu’on n’en a pas trouvé dans les autres sites. Par ailleurs, 86,90 % des échantillons présentant des symptômes de la panachure jaune ont été confirmés porteurs du RYMV par ELISA. Les tests de pouvoir pathogène réalisés sur les symptômes de BLS ont été positifs pour tous les 32 échantillons et 87,5% ont été confirmés par PCR Multiplex. Aussi, nos inoculations ont révélé qu’en présence de RYMV, il ya une tendance à l’augmentation de la longueur des lésions et de la quantité de bactéries mais cette différence n’est pas significative. Ces infections expérimentales n’ont donc pas permis de mettre en évidence l’effet du virus sur le développement des symptômes bactériens. La fréquence relativement importante des rizières infectées par les deux pathogènes montre cependant la possibilité d’une influence des co-infections sur l’évolution des populations virales et bactériennes.

Mots clés : Riz, RYMV, Xanthomonas oryzae pv. Oryzicola, Co-infection, Burkina Faso

Version intégrale

Page publiée le 21 décembre 2017, mise à jour le 7 septembre 2020