Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2016 → Diversité agro-morphologique de cinquante (50) cultivars locaux de maïs (Zea mays L.1753) collectés dans la province du Houet (Burkina Faso)

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (2016)

Diversité agro-morphologique de cinquante (50) cultivars locaux de maïs (Zea mays L.1753) collectés dans la province du Houet (Burkina Faso)

Bambore, Fabienne Josiane

Titre : Diversité agro-morphologique de cinquante (50) cultivars locaux de maïs (Zea mays L.1753) collectés dans la province du Houet (Burkina Faso).

Auteur : Bambore, Fabienne Josiane

Etablissement de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso

Grade : Ingénieur du Développement Rural 2016

Résumé
Trente-un cultivars de cycle intermédiaire et onze de cycle précoce collectés dans la province du Houet ont été évalués sur le plan agro-morphologique dans un dispositif en blocs complètement randomisés sur le site d’expérimentation de l’INERA Farako-Bâ. Neuf variétés améliorées vulgarisées par la recherche ont servi de variétés témoins. L’objectif de l’étude est d’étudier la diversité agro-morphologique au sein des cultivars locaux et d’étudier la diversité phénotypique entre les cultivars locaux et les variétés améliorées vulgarisées. La caractérisation du matériel végétal a été réalisée à l’aide de diverses variables définissant l’architecture de la plante, les caractéristiques agronomiques de l’épi, les maladies, le cycle de développement et la productivité. Les analyses descriptives ont révélé une forte hétérogénéité phénotypique entre les cultivars locaux de maïs. L’analyse en composantes principales a synthétisé l’information apportée par les dix variables en 2 composantes qui restituent 77,15% de la variance totale pour les cultivars de cycle intermédiaire et 86,42% pour les cultivars de cycle précoce. La classification ascendante hiérarchique a permis de structurer la diversité génétique des cultivars de cycle intermédiaire et de cycle précoce en trois classes distinctes chacune. Les analyses multivariées quant à elles, ont permis l’identification de dix variables discriminantes des trois classes pour les cultivars de cycle intermédiaire, neuf pour ceux précoces et dix pour l’ensemble des deux. En somme, ces variables pourraient constituer des critères de base pour différencier les cultivars locaux de maïs. Au vu des variabilités génétiques qu’ils renferment, ils pourront être utilisés comme sources de gènes d’intérêt pour l’amélioration et la création de composites ou d’hybrides performants. Mots

Mots clés : cultivar local, diversité phénotypique, amélioration, maïs, Burkina Faso.

Version intégrale

Page publiée le 22 décembre 2017