Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2016 → Effets de l’agriculture de conservation sur les flux hydriques, la fertilité du sol et les rendements des cultures en station à l’ouest du Burkina Faso

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (2016)

Effets de l’agriculture de conservation sur les flux hydriques, la fertilité du sol et les rendements des cultures en station à l’ouest du Burkina Faso

Doumbia, Sory

Titre : Effets de l’agriculture de conservation sur les flux hydriques, la fertilité du sol et les rendements des cultures en station à l’ouest du Burkina Faso

Auteur : Doumbia, Sory

Etablissement de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso

Grade : Ingénieur du Développement Rural 2016

Résumé
L’agriculture de la zone Ouest du Burkina Faso confrontée à une mauvaise répartition de la pluviosité et à une baisse de fertilité des sols, nécessite de nouveaux systèmes de culture pour assurer une production agricole durable. Des études réalisées sur l’agriculture de conservation (AC) ont montré que ce système peut être de plus en plus envisagé comme un moyen pour relever le défi de la durabilité de l’agriculture en zone tropicale. L’objectif de notre recherche était de déterminer en milieu contrôlé, le système d’AC adapté au contexte agro-climatique de la zone Ouest du Burkina Faso, capable d’améliorer la fertilité du sol et les rendements des cultures. La station expérimentale du Centre International de Recherche-Développement sur l’Elevage en zone Subhumide (CIRDES), situé dans le village de Banankélèdaga (Burkina Faso) (10°11 ’N et 4°06’W ; 300 m d’altitude), a servi de site d’étude. Le dispositif expérimental était en blocs factoriels complètement randomisés comprenant cinq traitements et trois répétitions. Les traitements ont comparé le système conventionnel (TO) aux systèmes d’AC, sans paillage (TOt), avec 1 tonne de paille par hectare (Tl t), avec 2 tonnes de paille par hectare (T2t) et avec 4 tonnes de paille par hectare (T4t). Les effets de l’AC sur l’humidité, le ruissellement, l’érosion, la macrofaune, l’activité respiratoire, les paramètres chimiques du sol et les rendements des cultures ont été évalués. Les résultats sur les paramètres hydriques ont montré une réduction significative du ruissellement de plus de 50 % au niveau des systèmes d’AC (T2t et T4t) par rapport au système conventionnel (TO). Le coefficient de ruissellement moyen a varié de 35,75 % (T2t) à Il,10 % (T4t) au niveau de l’AC. Il est de 74,10 % pour le conventionnel (TO). Une réduction de plus de 80 % des pertes de terre a été observée sur les traitements AC (T2t et T4t) par rapport au traitement conventionnel. Une augmentation significative de l’humidité du sol a été observée en période de poche de sécheresse dans les traitements AC par rapport au conventionnel. Mais les résultats sur la fertilité biologique et chimique du sol ainsi que les rendements, d’une manière générale n’ont pas montré une différence significative au seuil de 5 %. Toutefois, le pH du sol, l’azote du sol, le potassium disponible ont été affecté significativement et positivement par l’AC. Il ressort de cette étude que l’effet de l’AC sur les flux hydriques du sol est immédiat, alors que son effet sur la fertilité et les rendements est progressif et demande plus de temps. Les effets positifs de l’AC sont fonction de la quantité de paille utilisée pour la couverture du sol.

Mots clés : Paillage, humidité du sol, ruissellement, érosion hydrique du sol, fertilité du sol, Burkina Faso. Ix

Version intégrale

Page publiée le 24 décembre 2017