Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Canada → La lutte contre le paludisme au Burkina Faso : privilégier une approche écosanté

Université du Québec à Montréal (2016)

La lutte contre le paludisme au Burkina Faso : privilégier une approche écosanté

Kedré, Ousmane

Titre : La lutte contre le paludisme au Burkina Faso : privilégier une approche écosanté

Auteur : Kedré, Ousmane

Université de soutenance : Université du Québec à Montréal

Grade : Maîtrise en sciences de l’environnement. 2016

Résumé
Au Burkina Faso, le paludisme représentait en 2013, dans les structures de santé 54 % des consultations, 63 % des hospitalisations et 50 % des décès. L’impact majeur du paludisme sur la morbidité et la mortalité ainsi que sur l’économie justifie les multiples efforts entrepris au niveau national et au niveau international. Cependant, bien que les interventions actuelles offrent du répit aux bénéficiaires, elles sont très préoccupantes aux plans de l’écologie et de la santé humaine. Pour atteindre les objectifs mondiaux d’élimination de l’endémie, le Partenariat Roll Back Malaria préconise en effet une utilisation accrue des insecticides pour l’imprégnation des moustiquaires et la pulvérisation intra domiciliaire. Or, comme en témoigne la vaste revue de littérature, sur laquelle s’appuie ce mémoire, les effets délétères de l’exposition aux pyréthrinoïdes pour la santé humaine et l’environnement sont préoccupants tant en termes de troubles de la fonction endocrinienne, de divers syndromes de neurotoxicité chez l’humain et chez les animaux et d’effets toxiques affectant les abeilles et certains organismes aquatiques. Dans ce contexte évolutif, notre analyse des méthodes de lutte permettant de réduire le fardeau de la maladie sans utiliser de substances chimiques, dans le cadre de ce mémoire en sciences de l’environnement, a pour objectif de mettre en évidence l’approche écosanté centrée sur une gestion environnementale telle que l’assèchement des eaux stagnantes, le curage des caniveaux, l’assainissement du milieu de vie, etc. Ces interventions ciblent en amont les conditions de prolifération des vecteurs de la maladie afin de contribuer à réduire l’endémie. L’approche écosanté favoriserait une forte implication des citoyens dans l’analyse des problématiques et la mise en œuvre des alternatives pour atténuer le paludisme. La décentralisation et la communautarisation des activités de lutte contre la maladie s’avèrent impérieuses.

Mots clés : Burkina Faso, paludisme, pyréthrinoïdes, insecticides, approche écosanté

Présentation

Version intégrale (8 Mb)

Page publiée le 4 janvier 2018