Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Canada → Contributions et limites sanitaires et environnementales des membranes à base de nanotubes de carbone pour traiter les eaux saumâtres et résurgentes d’une région saharienne

Université du Québec à Montréal (2014)

Contributions et limites sanitaires et environnementales des membranes à base de nanotubes de carbone pour traiter les eaux saumâtres et résurgentes d’une région saharienne

Maifi, Lamine

Titre : Contributions et limites sanitaires et environnementales des membranes à base de nanotubes de carbone pour traiter les eaux saumâtres et résurgentes d’une région saharienne

Auteur : Maifi, Lamine

Université de soutenance : Université du Québec à Montréal

Grade : Maîtrise en sciences de l’environnement. 2014

Résumé
Assurer un accès fiable à des sources d’eaux propres et peu coûteuses est un enjeu mondial primordial. L’adoption de politiques viables et de stratégies d’intervention adaptées qui soient soucieuses de la contribution potentielle des meilleures technologies disponibles, constitue désormais une question incontournable chez les décideurs pour atténuer la pénurie en eau propre dans plusieurs régions du monde. Dans ce contexte, on observe, depuis quelques années, que plusieurs firmes suggèrent, à travers le monde, de nouvelles stratégies d’intervention, dont le recours aux nanotechnologies et notamment dans le domaine de l’eau, aux nano-filtres. Or, les risques potentiels relatifs à cette technologie sont pour l’instant très peu évalués et ils le sont rarement dans le contexte d’un cadre d’analyse global, prenant en compte les différentes dimensions de cette question. Ce mémoire de maîtrise vise donc à examiner l’usage des membranes à nanotubes de carbone pour la filtration des eaux usées et saumâtres, dans un contexte global d’application, à savoir dans le cadre d’efforts d’amélioration du système d’irrigation des cultures et de l’approvisionnement en eau potable de la population d’une région saharienne du Nord-Est du Sahara algérien (carte 1 p.30). On observe dans cette région un phénomène rare d’apparition d’eaux résurgentes saumâtres, résultant de la mauvaise gestion des eaux souterraines, qui a conduit à la pollution de la nappe phréatique et à la détérioration de l’environnement naturel et urbain. Ce mémoire tente donc d’éclairer à la fois les apports potentiels de ces nanomembranes pour améliorer les conditions de traitement d’eaux brutes de mauvaise qualité et de filtration des eaux potables tout en tenant compte de leurs limites voire de leurs risques pour la santé et l’environnement tout en étant attentif au stade de développement de la technologie et aux enjeux socio-économiques. Ce mémoire, centré sur l’analyse de la pertinence d’une éventuelle mise en application des membranes NTC à une large échelle a été mené dans une perspective écosanté, prenant en compte l’ensemble des aspects sanitaires et environnementaux. Ce travail s’appuie d’une part sur une synthèse des connaissances relatives aux conditions de ce milieu, synthèse éclairée par notre expérience terrain de plusieurs années, d’ingénieur agronome et de directeur de production dans une station de purification et de traitement des eaux. Il s’appuie d’autre part sur une revue de littérature sur les connaissances relatives à la synthèse des nanotubes de carbone, leur propriété et leur efficacité pour la filtration et le traitement des eaux saumâtres et usées et également les risques sanitaires et environnementaux liés à l’usage de ces technologies.

Mots clés : nanomembrane, nanotubes de carbone, MWCNT, SWCNT, toxicité, nanotoxicité, écotoxicité, nanotechnologie, santé, environnement, écosanté.

Présentation

Version intégrale (28 Mb)

Page publiée le 3 janvier 2018