Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Sénégal → Evaluation des possibilités de culture de riz pluvial et risques climatiques associés au Sénégal

Université Cheikh Anta Diop (UCAD) 2017

Evaluation des possibilités de culture de riz pluvial et risques climatiques associés au Sénégal

Kouadio Paul-Martial Koukou

Titre : Evaluation des possibilités de culture de riz pluvial et risques climatiques associés au Sénégal

Auteur : Kouadio Paul-Martial Koukou

Etablissement de soutenance : Université Cheikh Anta Diop (UCAD) Dakar

Grade : Doctorat en Biologie, Physiologie et pathologies végétales 2017

Résumé
_ La politique affichée de l’Etat du Sénégal à développer le riz pluvial couplée à une augmentation des volumes pluviométriques et une mise à la disposition des riziculteurs de variétés de riz pluvial à cycle court et à haut rendement grains ont contribué à l’extension des rizières pluviales en dehors des zones traditionnelles de culture. La thèse a pour objectif d’étudier les possibilités de culture du riz pluvial dans ces différentes zones agroécologiques ainsi que les risques agroclimatiques liés à cette activité. Pour ce faire, des variétés de riz supposées adaptées aux écologies à climat fluctuant et à pluviométrie modérée ont été mises en essais dans trois zones agroécologiques du Sénégal : le Bassin arachidier, le Sénégal oriental et la Casamance. Trois groupes de variétés ont été étudiées : des variétés hybrides NERICA, des variétés asiatiques Oryza sativa (L.) et des variétés hybrides autres que les NERICAs. Sur trois années d’expérimentation, les meilleures performances agronomiques ont été observées avec les NERICAs. Les variétés asiatiques avaient des performances moyennes et les autres types d’hybrides avaient les plus faibles performances. En année de bonne pluviométrie, les variétés très précoces se sont montrées plus performantes sur les sites situés au nord de la zone étudiée c’est-à-dire dans le Bassin arachidier et au Sénégal oriental. Indépendamment de l’année, les plants de riz ont été moins performants dans le Bassin arachidier que dans les trois autres zones. Quatre des meilleures variétés, des NERICAs, ont été utilisées pour paramétrer le modèle de culture CERES-Rice en vue d’effectuer des analyses de risques agroclimatiques. Le calibrage du modèle a révélé des dysfonctionnements graves liés à la non opérationnalité des modules prenant en compte le bilan hydrique et le paramètre de fertilité SLPF. CERES-Rice mérite alors d’être amélioré pour être apte à effectuer des analyses de risques agroclimatiques puisque les contraintes majeures dans les zones rizicoles pluviales demeurent la problématique de la satisfaction des besoins en eau et en nutriments des plants.

Mots Clés : Modèle de culture, CERES-Rice, riz pluvial, NERICA, Oryza sativa (L.), risques agroclimatiques, Sénégal

Présentation (CIRAD)

Version intégrale (2 Mb)

Page publiée le 5 janvier 2018, mise à jour le 15 mai 2018