Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2015 → Optimisation de la fertilisation minérale et rentabilité économique de la production de riz irrigué dans la vallée du Sourou (Burkina Faso)

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (2015)

Optimisation de la fertilisation minérale et rentabilité économique de la production de riz irrigué dans la vallée du Sourou (Burkina Faso)

Siri, Adama

Titre : Optimisation de la fertilisation minérale et rentabilité économique de la production de riz irrigué dans la vallée du Sourou ( Burkina Faso)

Auteur : Siri, Adama

Etablissement de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso

Grade : Diplôme d’Etudes Approfondies en Gestion Intégrée des Ressources Naturelles 2015

Résumé
Les recommandations de fertilisation pour la culture du riz sont souvent anCIennes et générales. Dans l’optique d’améliorer l’efficience de l’utilisation des engrais en vue d’intensifier la production rizicole dans la vallée du Sourou, une mise à JOur des recommandations de fertilisation s’avère nécessaire. Pour ce faire, une approche communautaire par des essais soustractifs a été menée, durant deux campagnes agricoles (2011-2012) dans la vallée du Sourou (région nord-ouest du Burkina Faso), sur les périmètres rizicoles. Ces essais ont révélé l’azote et le phosphore comme étant les éléments nutritifs limitant la production rizicole. Ce résultat a conduit la formulation de notre présente étude afin de déterminer le niveau optimal de ces nutriments, en vue d’une réactualisation des fonnules de fertilisation dans la vallée du Sourou. Ainsi, notre essai factoriel est formulé à base de niveaux croissa !1ts d’azote et de phosphore. Les traitements comprenaient trois niveaux d’azote et trois niveaux de phosphore respectivement 69N, 92N, 120N et 30P, 40P, SOP. Ainsi, l’essai était composé de 9 traitements avec un contrôle absolu et 3 répétitions. L’analyse des résultats par la régression quadratique, suivant deux scénarii de coût des engrais, montre que l’azote et le phosphore affectent les doses à apporter. Il ressort également de notre étude, que les doses optimales varient entre 119 et 136 unités d’azote et 24 à 32 unités de phosphore. En outre, l’utilisation du DAP serait plus efficace que le complexe NPK (14-23-14) habituellement vulgarisé et utilisé. Cette étude permet une amélioration de la productivité et de la rentabilité du riz à travers une fertilisation efficiente et raisonnée. Les rendements pourraient connaitre une augmentation sensible et une diminution du niveau d’utilisation de l’azote, avec l’apport de l’urée sous la fonne granule.

Mots clés : Azote, Phosphore, efficience, optimisation, rentabilité, productivité, Burkina Faso

Version intégrale

Page publiée le 18 janvier 2018