Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → Master → Maîtrise et Optimisation de la station de traitement et d’épuration de Khouribga Maroc

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès (2014)

Maîtrise et Optimisation de la station de traitement et d’épuration de Khouribga Maroc

ECHAKRAOUI Zhour

Titre : Maîtrise et Optimisation de la station de traitement et d’épuration de Khouribga Maroc

Auteur : ECHAKRAOUI Zhour

Etablissement de soutenance : Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès

Grade : Master Sciences et Techniques : Hydrologie de Surface et Qualité des Eaux 2014

Résumé
La station d’épuration par boues activées de la ville de Khouribga a été conçue par l’OCP en 2008 pour le traitement de 5,5 millions de m3/an des eaux usées à l’horizon 2020. Les eaux traitées sont réutilisées dans le lavage des phosphates en couvrant environ 30% des besoins de la laverie Mrah El Ahrach. Notre objectif a été consacré à l’étude des possibilités d’amélioration du fonctionnement des différentes filières de l’installation à travers les études théoriques et expérimentales ainsi que la maitrise du process de l’installation, par un diagnostic poussé de son fonctionnement. Pour ce faire, une forte implication dans l’exploitation et le suivi du fonctionnement de l’installation a été nécessaire. En effet, avec un effluent d’entrée n’atteignant pas les charges nominales, des dysfonctionnements interdépendants des filières Eau et Boue ont été remarqués, notamment au niveau du bassin biologique qui se manifeste en le phénomène de foisonnement. Au niveau du Tamis rotatif, présentant un abattement nul de la MES et qui est dû au diamètre des flocs inférieurs aux pores des toiles filtrantes (10 μm) ; Au niveau du clarificateur, d’épaississeur et du digesteur qui a pour cause la faible concentration de la MES des boues extraites ; Et enfin au niveau de l’inefficacité du filtre à bande (la siccité n’atteint pas la valeur prévue de 20 %). Au terme de notre étude, des améliorations ont été proposées pour remédier aux différents dysfonctionnements soulevés sur base de calculs théoriques et d’essais expérimentaux qui démontrent qu’ils sont faciles à intégrer au processus d’épuration et aussi avec un rendement économiquement acceptable. En revanche, plus de temps s’avère nécessaire pour adapter ces améliorations et résoudre complètement certaines problématiques surtout l’inefficacité du traitement tertiaire et de la déshydratation. Pour une maitrise optimale des différentes et interdépendantes composantes de l’installation, un suivi et des tests de vérification et de simulation plus poussées doivent donc être envisagés.

Mots clés : eaux usées, station d’épuration, traitement biologique, bassin d’aération, biomasse épuratrice, Biodégradation, décantation de boues, polymère

Présentation

Version intégrale (0,85 Mb)

Page publiée le 22 février 2018