Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → Master → Etude in vitro de l’activité antileishmanienne des extraits de plantes originaire du Maroc

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès (2015)

Etude in vitro de l’activité antileishmanienne des extraits de plantes originaire du Maroc

SALAMA Najoua

Titre : Etude in vitro de l’activité antileishmanienne des extraits de plantes originaire du Maroc

Auteur : SALAMA Najoua

Etablissement de soutenance : Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès

Grade : Master Sciences et Techniques : Biotechnologie Microbienne 2015

Résumé
La leishmaniose est une maladie complexe avec un large spectre de présentations cliniques. Dans la présente étude nous avons évalué l’effet antileishmanien de Trigonella foenum graecum, Plectranthus aromaticus et de Rosmarinus officinalis contre Leismania tropica, Leishmania infuntum et Leishmania major, en utilisant un modèle in vitro. Quatre extraits sont testés : deux sont obtenus à partir du Rosmarinus officinalis (M.A.R.O1 et R), un troisième est obtenu à partir du Plectranthus aromaticus et le quatrième provient de Trigonella foenum graecum. La préparation des différentes dilutions est faite dans du DMSO 0,1% et dans du RPMI. L’évaluation de l’activité leishmaniacide a été réalisée par le test colorimétrique à la MTT. Les résultats ont révélé que (i) Trigonella foenum graecum a montré une très bonne activité leishmanicide vis-à-vis des trois espèces cibles et cela quelque soit le milieu de dilution. (ii) que Rosmarinus officinalis (MARO1) a montré une très bonne activité leishmanicide visà- vis de L.tropica et une activité moyenne vis-à-vis de L.infantum et L.major lorsque la dilution est faite dans du DMSO, alors que cette activité est faible quand la dilution est faite dans du RPMI, que (iii) Rosmarinus officinalis (R) n’a montré aucune activité leishmanicide sur les trois espèces et cela quelque soit le milieu de dilution et enfin (iv) Plectranthus aromaticus a montré une bonne activité avec les deux milieux de dilution vis-à-vis de L.infantum et L.major et aucune activité vis-à-vis de L.tropica et cela quelque soit le milieu de dilution. Ces résultats prometteurs nous encouragent de sélectionner ces plantes et de les étudier en étant des plantes à potentiel leishmanicide par des études chimiques, pharmacologiques approfondies afin de caractériser les molécules naturelles responsables de cette activité.

Mots clés : Activité leishmanicide, Leishmaniose, Plectranthus aromaticus, Rosmarinus officinalis, Trigonella foenum graecum

Présentation

Version intégrale (0,69 Mb)

Page publiée le 29 avril 2018