Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → Master → Isolement et identification de bactéries antagonistes contre Erwinia amylovora, agent causal du feu bactérien des rosacées à pépins

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès (2015)

Isolement et identification de bactéries antagonistes contre Erwinia amylovora, agent causal du feu bactérien des rosacées à pépins

KARFACH Abdelkarim

Titre : Isolement et identification de bactéries antagonistes contre Erwinia amylovora, agent causal du feu bactérien des rosacées à pépins

Auteur : KARFACH Abdelkarim

Etablissement de soutenance : Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès

Grade : Master Sciences et Techniques : Biotechnologie Microbienne 2015

Résumé
La présente étude a pour objectif principal la contribution à l’élaboration d’une stratégie de lutte intégrée contre la maladie du feu bactérien provoqués par la bactérie Erwinia amylovora. Des essais de confrontation directe entre E.amylovora et des bactéries isolées à partir de différents sols rhizosphériques de la région d’Ifrane, la zone industriel Sidi Sliman Moul Alkifan et la ferme pédagogique de l’Ecole Nationale d’ Agriculture de Meknès ont été effectués. Par ailleurs, l’étude de l’effet antibactérien des bactéries isolées à partir des fleurs de poirier, de pommier et de cognassier a été également testé. Parmi 57 isolats obtenus à partir des différents biotopes étudiés, seulement 21 ont montré une activité antimicrobienne contre le pathogène (E. amylovora) par la méthode des cylindres d’agar. Les zones d’inhibition varient d’une bactérie à une autre, la plus grande zone d’inhibition est celle obtenue chez l’isolat SF10 avec 11 mm. Une étude macroscopique et microscopique nous a permis de caractériser les différents isolats obtenus. Les colonies obtenues sont de tailles différentes. L’identification des isolats par la galerie API20E nous a permis d’obtenir des codes qui correspondent à différentes espèces bactériennes. Un test du pouvoir pathogène des isolats a été réalisé sur une plante indicatrice (Geranuim). Ce test a révèlé la phythopathogéncité uniquement chez deux isolats, il s’agit de SP9 et SF16.Les autres isolats sont des saprophytes et peuvent être par conséquent proposés comme des agents de lutte biologique.

Présentation

Version intégrale (1,7 Mb)

Page publiée le 14 février 2018