Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → Master → Etude ethnobotanique des plantes médicinales utilisées dans les traitements des maladies dermiques et les soins de la peau

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès (2017)

Etude ethnobotanique des plantes médicinales utilisées dans les traitements des maladies dermiques et les soins de la peau

EL YAZROURI Oumayma

Titre : Etude ethnobotanique des plantes médicinales utilisées dans les traitements des maladies dermiques et les soins de la peau

Auteur :

Etablissement de soutenance : Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès

Grade : Master Sciences et Techniques : Gestion et Conservation de la Biodiversité 2017

Résumé
L’étude ethnobotanique des plantes médicinales utilisées dans les traitement des maladies et les soins dermiques réalisée, pour la première fois, dans la ville de Fès a pour but de contribuer à la connaissance des plantes médicinales, de réaliser un catalogue de ces plantes dans la dite région et de réunir le maximum d’informations concernant les usages thérapeutiques, prescrits par les herboristes, pour traiter et soigner les maladies dermiques. La présente étude a été réalisée auprès de 100 herboristes de la ville de Fès à l’aide des fiches questionnaires, durant les mois du Février et Mars de l’année 2017. En se basant sur les résultats de l’enquête ethnobotanique, l’activité antioxydante des huiles essentielles du thym, la lavande, le romarin, l’eucalyptus et l’armoise blanche a été déterminée en utilisant le test de DPPH sur ces huiles essentielles. Les résultats obtenus de l’étude ethnobotanique ont permis de recenser 17 plantes médicinales qui se répartissent en 11 familles parmi lesquelles les Lamiaceae et les Asteraceae sont les plus dominantes. Ils montrent que les feuilles constituent les parties les plus utilisées, viennent ensuite les fleurs. La majorité des remèdes sont préparées sous forme de cataplasme (33%) suivie par la décoction (28%). Concernant l’effet antioxydant des huiles essentielles étudiées, le Thym a enregistré le pourcentage d’inhibition le plus élevée avec une CI 50 de 0,41 μg/ml. Le romarin et la lavande, ont enregistré respectivement des CI50 de 0,43, et 0,55 μg/ml. Le pouvoir antioxydant enregistré par ces plantes reste supérieur à celui enregistrée par l’antioxydant de référence (CI50 BHT=0,38 μg/ml). Les résultats obtenus constituent une source d’informations très précieuse pour la région étudiée et pour la flore médicinale nationale. Ils pourraient constituer une base de données pour les recherches ultérieures dans les domaines de la phytochimie et la pharmacologie et dans le but de chercher de nouvelles substances naturelles pour traiter les maladies dermiques.

Mots clés : activité antioxydante, Enquête Ethnobotanique, Fès, huiles essentielles, maladies dermiques, Maroc, soins de la peau

Présentation

Page publiée le 14 février 2018