Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → Master → Etude et optimisation de la régénération de Cupressus atlantica G. par des techniques d’ingénieries écologiques/Perspectives de gestion et réhabilitation des espaces dégradés

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès (2015)

Etude et optimisation de la régénération de Cupressus atlantica G. par des techniques d’ingénieries écologiques/Perspectives de gestion et réhabilitation des espaces dégradés

KOUALI Hassnae

Titre : Etude et optimisation de la régénération de Cupressus atlantica G. par des techniques d’ingénieries écologiques/Perspectives de gestion et réhabilitation des espaces dégradés

Auteur : KOUALI Hassnae

Etablissement de soutenance : Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès

Grade : Master Sciences et Techniques : Gestion et Conservation de la Biodiversité

Résumé
Le cyprès de l’Atlas (Cupressus atlantica G.) est une espèce endémique du Haut Atlas occidental sujette à une dégradation alarmante. L’espèce n’est représentée actuellement que par quelques sub-populations d’une superficie limitée. Dans l’objectif de réhabiliter ces écosystèmes forestiers, plusieurs pépinières de production de plants ont été aménagées. Cependant, le taux de production reste relativement faible en relation avec la qualité des semences et les plants produits. C’est dans un cadre de contribution à la sauvegarde de cette essence forestière à forte valeur écologique et socio-économique que nous avons mené cette étude multidisciplinaire. Nous avons examiné l’effet de la mycorhization et du compost sur la tolérance au stress salin des jeunes plantules de Cupressus Atlantica G. L’association mycorhize et compost a un effet positif sur l’ensemble des paramètres de croissance étudiés chez le cyprès de l’Atlas notamment la hauteur, le nombre de feuilles formées et la production de biomasse. Les graines du cyprès de l’Atlas ont présenté globalement une tolérance modérée vis-à-vis du stress salin. Une concentration supérieure à 180 mM de NaCl réduit considérablement la germination des graines. L’exposition des plantules au stress salin s’est traduite par une réduction de la croissance des parties aériennes et du nombre des feuilles ainsi que de la biomasse. Cette réduction s’est accompagnée de modifications physiologiques et biochimiques. Nous avons constaté que des fortes teneurs en proline et en sucre solubles ont été enregistrées chez les plantes inoculées sur un sable amendé par le compost. Ces derniers contribueraient aux phénomènes d’ajustement osmotiques. L’association mycorhize et compost a joué un rôle significatif dans la tolérance des plants de cyprès de l’Atlas au stress salin. De tel résultat peut être exploité dans les programmes de reboisement dans les zones touchées par le phénomène de salinité au Maroc et ce via la production de plants du cyprès de l’Atlas vigoureux et en bon états de santé au niveau de pépinières.

Mots clés : compost, croissance, Cupressus atlantica G., Germination, mycorhizes, stress salin, tolérance

Présentation

Version intégrale (2,8 Mb)

Page publiée le 4 février 2018