Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Madagascar → SUPPLEMENTATION ALIMENTAIRE POUR AMELIORER LA PERFORMANCE DE REPRODUCTION DES CAPRINS CAS DE LA COMMUNE RURALE DE SOALARA SUD- DISTRICT DE TOLIARA II

Université d’Antananarivo (2013)

SUPPLEMENTATION ALIMENTAIRE POUR AMELIORER LA PERFORMANCE DE REPRODUCTION DES CAPRINS CAS DE LA COMMUNE RURALE DE SOALARA SUD- DISTRICT DE TOLIARA II

ANDRIANARISOA Honoré Julien

Titre : SUPPLEMENTATION ALIMENTAIRE POUR AMELIORER LA PERFORMANCE DE REPRODUCTION DES CAPRINS CAS DE LA COMMUNE RURALE DE SOALARA SUD- DISTRICT DE TOLIARA II

Auteur : ANDRIANARISOA Honoré Julien

Université de soutenance : Université d’Antananarivo

Grade : Diplôme d’Etudes Approfondies en Foresterie- Développement- Environnement 2013

Résumé
Cette étude aborde la maîtrise de la reproduction des caprins dans le Sud Ouest malagasy. En effet, l’élevage de petits ruminants et celui des caprins en particulier, est une activité à forte potentialité économique. Mais la reproduction des caprins dans le contexte actuel, une naissance pendant la saison de pluie, limite la production potentielle d’animaux. D’où la nécessité de l’améliorer. L’objectif de cette étude est d’améliorer le niveau de production d’animaux par induction des chaleurs en contre saison (saison sèche) par l’apport de supplément alimentaire (manioc sec ; flushing). Pour ce faire, 34 femelles traitées et 13 autres témoins ont été considérées. Les traitements ont consisté en l’apport de manioc sec concassé comme supplément alimentaire, à raison de 500g/tête/jour pendant 45 jours, un mois avant la lutte. Une différence significative des taux de fécondité a été observée : 68% pour les troupeaux traités contre 8% pour les témoins. Une différence significative des taux de fertilité a également été constatée entre les femelles traitées (62%) et témoins (8%). Le traitement n’a pas affecté le taux de prolificité qui est de 100% pour les deux groupes d’individus. Le taux de survie au trentième jour post natale des chevreaux nés des femelles traitées est significativement plus élevé que celui des témoins (respectivement 50% contre 8%). Le flushing avec le manioc a globalement amélioré les paramètres de reproduction des troupeaux de caprins considérés et a également permis de regrouper les naissances dans une période d’environ 1 mois.

Mots clés : Chèvre, reproduction, induction de chaleurs, flushing.

Version intégrale (0,63 Mb)

Page publiée le 8 avril 2018