Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Madagascar → IMPACTS ECOLOGIQUES DE LA FABRICATION DU CHARBON DE BOIS SUR LES FOURRES XEROPHILES DU SUD-OUEST MALAGASY. CAS DE LA COMMUNE RURALE D’ANDRANOHINALY. (TOLIARA II, ATSIMO ANDREFANA)

Université d’Antananarivo (2017)

IMPACTS ECOLOGIQUES DE LA FABRICATION DU CHARBON DE BOIS SUR LES FOURRES XEROPHILES DU SUD-OUEST MALAGASY. CAS DE LA COMMUNE RURALE D’ANDRANOHINALY. (TOLIARA II, ATSIMO ANDREFANA)

ZO-ANDRIANINA Harimbolasoa

Titre : IMPACTS ECOLOGIQUES DE LA FABRICATION DU CHARBON DE BOIS SUR LES FOURRES XEROPHILES DU SUD-OUEST MALAGASY. CAS DE LA COMMUNE RURALE D’ANDRANOHINALY. (TOLIARA II, ATSIMO ANDREFANA)

Auteur : ZO-ANDRIANINA Harimbolasoa

Université de soutenance : Université d’Antananarivo

Grade : Master de Recherche en sciences forestières 2017

Résumé
Les fourrés xérophiles (FX) du Sud-ouest malagasy sont exploités, entre autre pour la production de charbon de bois (CB). Cette étude porte sur les effets de la fabrication de CB sur le fonctionnement des écosystèmes des FX du plateau de Belomotse, District Toliara II, Région Atsimo Andrefana. Il a été supposé que l’activité de fabrication de charbon de bois réduit (i) la diversité (richesse spécifique et indice de régularité), (ii) la structure (densité, dhp, surface terrière et hauteur) et (iii) affecte négativement la régénération naturelle des fourrés xérophiles. Vingt et un placeaux de (20x20) m² ont été sélectionnés selon l’intensité de perturbation suite à la fabrication de charbon de bois. Deux gradients de perturbation ont été pris en compte : (i) une forte perturbation à proximité des villages (zones de production de CB, situées à moins de 4km des villages) et (ii) une faible perturbation dans les zones éloignées des villages (zones plus intactes, situées à plus de 4km des villages). Il a été montré que la composition floristique des FX varie avec la distance au village. Par contre, la production de CB n’affecte pas significativement la diversité mais contribue à réduire les paramètres de structure (hauteur, densité et diamètres). Par ailleurs, leur mauvaise régénération n’est pas d’origine anthropique mais peut être attribuée à la variabilité interannuelle de la précipitation et à de possibles extinctions des insectes pollinisateurs. Les première et troisième hypothèses ont donc été rejetées. En revanche, la seconde hypothèse a été validée. Pour une meilleure gestion de ces fourrés, il est recommandé de procéder à l’atténuation des pressions et leur restauration.

Mots clés : Charbon de bois, fourré xérophile, diversité floristique, structure, régénération, Belomotse, Sud-ouest, Madagascar.

Version intégrale (1,34 Mb)

Page publiée le 14 mars 2018