Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Canada → Participation, coopération et développement : Le cas du réseau des caisses populaires du Burkina Faso

Université du Québec à Chicoutimi (1994)

Participation, coopération et développement : Le cas du réseau des caisses populaires du Burkina Faso

Ouedraogo S

Titre : Participation, coopération et développement : Le cas du réseau des caisses populaires du Burkina Faso

Auteur : Ouedraogo S

Université de soutenance : Université du Québec à Chicoutimi.

Grade : Maîtrise en gestion des petites et moyennes organisations 1994

Résumé
La gestion participative constitue de nos jours un outil de plus en plus utilisé dans les organisations pour amener les travailleurs à s’identifier à l’entreprise et, par ce fait même, accroître sa productivité. Dans les organisations coopératives, l’importance de la participation relève non seulement du souci de garantir la rentabilité économique mais surtout de la nécessaire application d’un principe de base qui est la démocratie coopérative. Malgré l’importance qui lui est accordée, la mise en application de la participation fait souvent face à des obstacles qu’il faut nécessairement surmonter. La présente étude vise dans un premier temps à identifier, dans le contexte du Burkina Faso, les principaux paramètres qui affectent les attitudes de participation dans les caisses populaires. Dans un deuxième temps, elle se propose de dégager des voies d’action dont l’application entraînera une meilleure implication des membres dans l’orientation et dans la gestion des caisses populaires. Pour accomplir ce travail, nous nous sommes appuyé sur un cadre d’analyse à quatre dimensions. Ce sont la satisfaction des besoins et attentes des membres, le système de récompense, le système gestionnaire et les caractéristiques personnelles. Ce modèle a été testé auprès de quarante-six dirigeants et douze gestionnaires de caisses populaires. D’une façon générale, les résultats issus de cette étude nous ont permis de mettre en évidence un certain nombre de facteurs qui ont une influence significative sur les attitudes de participation dans les caisses populaires : - insuffisance des activités d’éducation et de formation pour les membres, les dirigeants et les employés ; - inexistence d’un mécanisme adapté de communication et d’information ; - poids des Unions sur les caisses de base caractérisé par l’absence, d’une part, de mécanisme de consultation des membres et, d’autre part, par la détermination unilatérale des services offerts dans les caisses populaires ; - faible implication des caisses dans leur milieu et faible diversification des services ; - inadéquation de la démarche d’implantation et de développement des caisses populaires ; - absence de récompense pour la participation. À la lumière des faiblesses décelées tout au long de l’étude, cinq recommandations ont été formulées. La première invite à la restructuration des services d’appui du RCPB pour tenir compte de sa double qualité de Mouvement et d’Institution financière. La deuxième va dans le sens de l’amélioration de la démarche d’implantation et de développement des caisses. La troisième vise à améliorer le style de leadership. La quatrième recommandation préconise l’utilisation des médias (radio, télévision) comme moyen d’information et de formation des membres et du grand public. La cinquième et dernière recommandation invite le Réseau à s’impliquer dans les activités d’alphabétisation en faveur des membres.

Présentation

Texte intégral (2 Mb)

Page publiée le 28 mars 2018, mise à jour le 1er septembre 2019