Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Madagascar → LA CONTRIBUTION A L’ETUDE DES MARCHES PERIPHERIQUES DE LA VILLE DE TOLIARA : LES EXEMPLES D’ANKETA ET D’ANTANINARENINA

Université de Toliara (2011)

LA CONTRIBUTION A L’ETUDE DES MARCHES PERIPHERIQUES DE LA VILLE DE TOLIARA : LES EXEMPLES D’ANKETA ET D’ANTANINARENINA

SAID Ali Attoumane

Titre : LA CONTRIBUTION A L’ETUDE DES MARCHES PERIPHERIQUES DE LA VILLE DE TOLIARA : LES EXEMPLES D’ANKETA ET D’ANTANINARENINA

Auteur : SAID Ali Attoumane

Université de soutenance : Université de Toliara

Grade : Maîtrise Géographie 2011

Description
La méthodologie adoptée pour la réalisation de cette tâche s’est fondée sur trois phases :
- la première phase repose sur la consultation des documents qui sont liés à notre thème de recherche. Cette phase a comme objectif premier l’acquisition des connaissances permettant la compréhension du sujet. Au cours de nos recherches bibliographiques, nous avons remarqué qu’il n’y a pas suffisamment de documents traitant notre thème. Cela nous a poussé à consulter divers services administratifs qui se trouvent dans la ville de Tuléar pour chercher à compléter ce que nous avons eu dans les bibliothèques. Malheureusement, nous avons remarqué que presque l’ensemble des centres de documentations que nous avons fréquentés sont plus pauvres que nous ne l’imaginions en matière de données relatives au sujet que nous traitons, Ainsi, nous nous sommes trouvé dans l’obligation d’inclure dans la liste des personnages cibles à enquêter des administrateurs de certains services ;
- la deuxième phase concerne les enquêtes auprès de bureaux administratifs. Dans cette phase, nous avons élaboré d’abord une fiche de questionnaires qui se base sur les grands traits de notre sujet. Nous avons adopté le mode d’interrogations par questionnaires ouverts. Les problèmes de nos enquêtes ont surtout été liés à la mentalité de la population enquêtée qui se traduit par la réticence de certains individus. Cette phase qui constitue déjà la descente sur terrain nous a pris du temps à cause de cette méfiance. Certaines informations n’allaient pas de pair avec la réalité que nous vivons. Pour cela, on devait confronter les données des unes avec les autres ou même des données reçues d’une même personne à des moments différents pour chercher à dégager une argumentation fiable, la réalité explicable ;
- la troisième phase s’est consacrée au traitement des données et à la rédaction proprement dite. Ici, nous avons choisi de nous baser principalement sur la réflexion sur les données issues de nos recherches sur terrain. Les notes prises lors de la lecture nous ont juste servi d’illustrations.

Version intégrale (3,42 Mb)

Page publiée le 10 avril 2018