Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Maroc → 2017 → PROJET DE PROTECTION ET DE GESTION DURABLE D’UN PAYSAGE NATUREL ET CULTUREL DU HAUT ATLAS OCCIDENTAL, LE SITE D’IMGDAL, A TRAVERS LA RESTAURATION DE LA BIODIVERSITE ET LA PROMOTION DE L’AGROECOLOGIE

2017

PROJET DE PROTECTION ET DE GESTION DURABLE D’UN PAYSAGE NATUREL ET CULTUREL DU HAUT ATLAS OCCIDENTAL, LE SITE D’IMGDAL, A TRAVERS LA RESTAURATION DE LA BIODIVERSITE ET LA PROMOTION DE L’AGROECOLOGIE

Maroc

Titre : PROJET DE PROTECTION ET DE GESTION DURABLE D’UN PAYSAGE NATUREL ET CULTUREL DU HAUT ATLAS OCCIDENTAL, LE SITE D’IMGDAL, A TRAVERS LA RESTAURATION DE LA BIODIVERSITE ET LA PROMOTION DE L’AGROECOLOGIE

Pays : Maroc

Numéro projet : MOR/ICCA-GSI/2017/06

Domaine : Biodiversity

Durée : 7/2017 — 5/2019

Bénéficiaire : Moroccan Biodiversity and Livelihoods Association

Présentation
Les principales activités et sources de revenus des communautés de ces vallées sont constituées par une agriculture de subsistance -bien que dans certaines vallées on assiste à un développement de plus en plus important de l’arboriculture- qui constitue la deuxième source de revenus après l’élevage, et au même titre que la vente des ressources végétales prélevées dans la forêt (bois, plantes à usage ethnobotanique, …), et du tourisme pratiqué dans certaines vallées. Les institutions locales coutumières, intervenant dans la gestion des ressources naturelles communes (eau, forêts, parcours,…), dont l’Agdal constitue la pratique de gestion emblématique, se maintiennent encore aujourd’hui, protégées par un isolement relatif surtout en haute montagne et par la persévérance de ces populations berbères montagnardes. Leur rôle dans la préservation de la biodiversité locale, n’est pas à démontrer, et elles méritent à ce titre une attention particulière. Mais, depuis quelques décennies la région du parc, soumise à de fortes pressions anthropozoogènes exacerbées par les effets du changement climatique, est le théâtre d’évolutions qui placent son patrimoine naturel et culturel au cœur des préoccupations environnementales et de développement socio-économique. Aujourd’hui, les ressources se font de plus en plus rares, et la population locale se retrouve confinée dans le cercle vicieux de la pauvreté et de la dégradation des ressources naturelles, qui appelle pour sa transformation en cercle vertueux du développement durable et de la préservation de la biodiversité, une action d’envergure, et une grande mobilisation des acteurs.

C’est dans ce cadre que s’inscrit le projet de protection et de gestion du paysage naturel et culturel d’Imgdal, qui se veut concilier préservation de la biodiversité et soutien aux moyens de vie durable à travers la promotion de l’agroécologie. Le territoire d’Imgdal, l’un des principaux foyers de biodiversité du Haut Atlas, se présente comme une mosaïque de différents écosystèmes gérés par la communauté à travers un ensemble de pratiques traditionnelles, qui se rapproche de l’Agdal, la pratique de « Tagdalt ». La documentation de ces modèles et des systèmes de gouvernance associés est l’un des principaux objectifs de cette proposition. A travers le présent projet, il s’agit de mettre en valeur cette particularité sur laquelle nous reviendrons plus loin, et d’apporter un éclairage sur ces pratiques et sur leur rôle et incidence sur la préservation de la biodiversité. Le projet se veut également répondre à la requête de la communauté locale de faire d’Imgdal une Aire de Patrimoine Communautaire (APAC), reconnue en tant que telle au niveau national et international.

Financement
Grant Amount (GEF) : US$ 44,000.00

GEF Small Grants Programme

Page publiée le 17 mai 2018