Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2017 → Projet Multisectoriel Intégré de Résilience des ménages pauvres et très pauvres face à l’Insécurité Alimentaire et Nutritionnelle dans les provinces septentrionales de la Boucle du Mouhoun au Burkina Faso

2017

Projet Multisectoriel Intégré de Résilience des ménages pauvres et très pauvres face à l’Insécurité Alimentaire et Nutritionnelle dans les provinces septentrionales de la Boucle du Mouhoun au Burkina Faso

Burkina Faso

Titre : Projet Multisectoriel Intégré de Résilience des ménages pauvres et très pauvres face à l’Insécurité Alimentaire et Nutritionnelle dans les provinces septentrionales de la Boucle du Mouhoun au Burkina Faso

Pays : Burkina Faso

Date/Durée : 12-Jui-2017 // 31-Déc-2019

Résumé
Le consortium constitué par Terre des hommes, Save the Children, GRET, Wupakwe et Salaki propose une réponse intégrée et multisectorielle de nutrition, de santé, de sécurité alimentaire et d’amélioration de la gouvernance afin de répondre aux principaux enjeux du renforcement de la résilience dans les provinces de la Kossi et du Sourou. Cette approche multisectorielle s’appuiera sur l’expertise et la complémentarité des expériences des membres du consortium dans les domaines de la construction de la résilience : lutte contre la malnutrition et renforcement du système de santé, appui au renforcement des moyens d’existence des ménages vulnérables (Tdh), mise en place des filets sociaux, plaidoyer et communication et renforcement de la gouvernance (Save the Children) ; mobilisation des communautés locales (Wupakwe et Salaki) et le renforcement des capacités techniques et organisationnelles des unités de production de farine infantile (GRET).

Objectifs
Objectif global. L’action vise à renforcer durablement la résilience des populations à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle à travers un meilleur traitement de ses causes multidimensionnelles. Le diagnostic participatif conduit dans le cadre de l’identification de l’Action indique que les populations sont de plus en plus exposées aux risques économiques en lien avec la flambée des prix des denrées alimentaires notamment pendant la période de soudure. Cela entraîne une restriction de l’accès à l’alimentation pour les ménages les plus pauvres. Aussi, la pression démographique et la succession des différents chocs environnementaux (désertification, disparition progressive des aliments de cueillettes etc.), sociaux (conflits intercommunautaires sur la gestion des ressources, niveau d’éducation), et climatiques (sécheresse, inondations) ont participé à l’aggravation de l’insécurité alimentaire, de la malnutrition et à l’accentuation de la pauvreté dans la zone. Il s’agit d’inscrire l’Action dans le cadre de la lutte contre la pauvreté des populations ; examiné non seulement sous l’angle monétaire (lien direct avec l’insécurité alimentaire dans sa dimension accessibilité à l’alimentation), mais également sous l’angle de la pauvreté des conditions de vie (lien avec la malnutrition, la santé et la gouvernance). Les 2 points d’entrée ci-dessus, à savoir la pauvreté monétaire et celle des conditions de vie sont soutenus par (i) l’analyse du cadre conceptuel de la vulnérabilité alimentaire et de l’insécurité nutritionnelle proposée dans le cadre de l’identification de l’intervention ; (ii) la prise en compte de l’évolution des contextes et des approches en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle (approche intégrée des secteurs). L’action ambitionne de prendre en compte le caractère multidimensionnel de l’insécurité alimentaire dans son lien avec la lutte contre la malnutrition ; cette dernière devant contribuer de manière significative à la réduction de la pauvreté et mettre un terme au cercle vicieux qui les relie. En effet, les évaluations et analyses conduites ces dernières années par Tdh dans la Boucle du Mouhoun démontrent que la disponibilité alimentaire peut demeurer importante, mais l’amélioration durable de « l’accès » et de « l’utilisation » constitue l’enjeu majeur à traiter, tout comme la prise en compte des facteurs multiples de la malnutrition chronique par et pour les populations les plus vulnérables. Cette logique nécessite une bonne articulation entre les secteurs (santé et nutrition, agriculture, élevage, action sociale et solidarité nationale, environnement et réduction des risques, etc.) et les différents niveaux d’intervention (individuel, communautaire, communal, provincial) ainsi qu’une participation et coordination renforcée des différents acteurs concernés.

Partenaires
Extension : GRET ; IPA ; SALAKI ; Save the Children
Responsable : EU Delegation Burkina Faso
Financement : EU Trust Fund for Africa

Budget : 5 743 000 EUR

Présentation (akvorsr)

Page publiée le 6 juillet 2018