Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2016 → Projet d’Appui à la Résilience Socio-Économique des Jeunes Vulnérables (Extrême-Nord, Nord et Adamaoua)

2016

Projet d’Appui à la Résilience Socio-Économique des Jeunes Vulnérables (Extrême-Nord, Nord et Adamaoua)

Cameroun

Titre : Projet d’Appui à la Résilience Socio-Économique des Jeunes Vulnérables (Extrême-Nord, Nord et Adamaoua)

Pays : Cameroun

Identifiant IATI : XI-IATI-EC_DEVCO_T05-EUTF-SAH-CM-02-01

Date/Durée : 30-Sep-2016 // 30-Sep-2019

Résumé
Le « Projet d’Appui à la résilience socioéconomique des jeunes vulnérables » intervient dans les régions Extrême-Nord, Nord, Adamaoua. Ces trois régions, en plus d’être les plus défavorisés du pays, ont été frappées par des groupes armés, parmi lesquels Boko Haram, depuis quelques années. Les jeunes étant plus vulnérables dans la société sont des cibles de ces groupes dans leurs recrutements. Le projet intervient pour renforcer leur résilience sur le plan économique mais aussi sur le plan social en œuvrant par un dialogue amélioré dans la société

Contexte
L’infiltration de Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord à partir du Nigéria représente une menace particulière. Cette région a subi plusieurs attentats suicides, des recrutements (forcés) de jeunes femmes et hommes et des enlèvements de victimes locales et occidentales. Les activités de Boko Haram s’étendent, de manière moins intense, dans les régions du Nord et de l’Adamaoua. Au-delà, d’autres groupes violents déstabilisent les trois régions à travers des enlèvements, coupures des routes et autres actes. Ces facteurs de conflit externes renforcent les conflits internes et structurels, qui sont d’autant plus flagrants dans les régions septentrionales. Le taux de pauvreté y est largement supérieur à la moyenne nationale (Extrême-Nord : 74,3%, Nord : 67,9%, Adamaoua : 47,1%, moyenne nationale : 37,5%). En même temps, la sécurité alimentaire, elle aussi, est insuffisante : Au Nord et à l’Extrême-Nord, 14,6% voir 17,9% des ménages souffrent de malnutrition. Ces pourcentages dépassent la moyenne nationale. Les populations du septentrion perçoivent cette situation comme une négligence, peut-être volontaire, de l’Etat. Dans cette situation d’instabilité, les jeunes dans les régions du Grand Nord sont particulièrement frappés par la pauvreté et le manque de perspectives. Néanmoins, le potentiel pour un changement est donné : Le gouvernement camerounais a reconnu l’importance de ces défis sécuritaires et politiques et est conscient des besoins de développement du septentrion, surtout à l’égard des jeunes. Dans le cadre du « Projet d’Appui aux Jeunes Défavorisés dans l’Extrême Nord du Cameroun (PAJED) », projet pilote mis en œuvre par la GIZ depuis 2015 pour le compte de l’Union Européenne, les jeunes ont montré un grand intérêt pour les mesures d’insertion économique et sociale. Les autorités gouvernementales et non-gouvernementales, de plus en plus conscientes des dangers d’une désintégration croissante des jeunes, soutiennent les objectifs et approches du projet.

Objectifs
L’objectif général du projet est de contribuer au maintien de la stabilité, de la paix et la cohabitation pacifique du Cameroun, plus spécifiquement dans les trois régions septentrionales du pays, Extrême-Nord, Nord et Adamaoua. En plus, le projet a pour objectif spécifique d’améliorer la résilience socio-économique des jeunes vulnérables dans ces trois régions.

Partenaires
Mise en oeuvre : GIZ
Suivi : EU Trust Fund for Africa
Financement : EU Trust Fund for Africa ; GIZ

Budget : 10 000 000 EUR

Présentation (akvorsr)

Page publiée le 15 mai 2018