Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2017 → Intensification agricole durable du Mil, du Sorgho et du Maïs par fertilisation microdose (Microferti)

ARES Wallonie-Bruxelles (2017)

Intensification agricole durable du Mil, du Sorgho et du Maïs par fertilisation microdose (Microferti)

Burkina Mil Sorgho Maïs

ARES (Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur) Wallonie-Bruxelles

Titre : Intensification agricole durable du Mil, du Sorgho et du Maïs par fertilisation microdose (Microferti)

Pays : Burkina Faso

Durée : jeudi, 01 juin 2017 // mercredi, 01 juin 2022

Descriptif
La fertilisation microdose (FM) a été largement diffusée au Burkina Faso (BF) depuis une 15aine d’années dans un objectif d’intensification durable de la production et de préservation de la fertilité des sols. La FM conduit en moyenne à de fortes augmentations des rendements céréaliers. Elle est par ailleurs plus efficiente et moins risquée et génère beaucoup moins de pression sur l’environnement que la fertilisation minérale classique. Cependant, il s’avère que la rentabilité de la FM peut être très variable, certains producteurs observant un très faible retour sur investissement. Cette situation, dont les causes sont mal connues, pourrait se traduire à terme par un désintérêt des producteurs pour la FM, à moins de développer conjointement avec les acteurs locaux des connaissances et des mesures d’accompagnement permettant de renforcer la rentabilité et de réduire le risque économique en fonction des conditions agronomiques, environnementales et socio-économiques.

Ce projet participatif vise ainsi à accroître durablement la production céréalière et la résilience de ces systèmes de production : * en renforçant le potentiel d’adoption de la FM par une meilleure compréhension des principales causes de la variabilité des rendements et du risque économique via une méta-analyse de données historiques, l’intégration des connaissances endogènes et des essais participatifs ; * en élaborant conjointement des stratégies de gestion du risque à travers une cellule d’innovation et des parcelles de démonstration participatives ; * en renforçant la capacité des acteurs de la recherche et du développement (y compris producteurs) à intégrer durablement la FM dans leurs stratégies agricoles par leur implication dans toutes les phases du projet et par la formation et l’échange d’informations.
Le projet est complémentaire à d’autres initiatives en gestion de la fertilité des sols au BF, dont le projet BIOPROTECHSOL (J-T. Cornelis). La capacité de mobilisation dont ont fait preuve les partenaires burkinabés par le passé autour de la question de la FM est un fort gage de pérennisation.

Coordonnateur : Charles BIELDERS, UCL

Partenaires : ULiège ; Institut de l’environnement et des recherches agricoles (INERA), Centre d’Analyse Politiques Economique et Sociales (CAPES), Institut de l’environnement et des recherches agricoles (INERA), Réseau MARP, Université de Ouagadougou, Association Nakolb Zanga de Nagreongo/ Oubritenga, Fédération Nian Zwe (FNZ)

Budget : 499.793,80 €

Présentation : ARES

Page publiée le 18 mai 2018