Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2016 → Amélioration de la qualité de l’habitat en briques de terre crue

ARES Wallonie-Bruxelles (2016)

Amélioration de la qualité de l’habitat en briques de terre crue

Burkina Habitat Terre

ARES (Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur) Wallonie-Bruxelles

Titre : Amélioration de la qualité de l’habitat en briques de terre crue

Pays : Burkina Faso

Durée : jeudi, 01 septembre 2016 // mercredi, 01 septembre 2021

Présentation
L’objectif du projet est l’améliorer les qualités de l’habitat en terre crue en agissant à la fois sur les matériaux et l’architecture. Cette double approche, qui s’inscrit pleinement dans les objectifs des acteurs régionaux, nationaux et mondiaux de développement, permet une réponse globale au problème de la construction : les propriétés du matériau sont améliorées, en même temps que la façon de construire. Les aspects techniques sont complétés par une réflexion socio-économique mais aussi une action de réappropriation du matériau local souvent considéré comme « peu moderne et peu durable » par la population. La stratégie globale du projet repose sur 2 doctorants (en co-tutelle), 4 étudiants au master pour les aspects techniques et socio-économiques et des acteurs locaux de développement pour la sensibilisation. Sur base de la réflexion menée par les partenaires du projet, en contact avec le Ministère de l’habitat, quatre axes ont été définis : ressources, produits, habitat et enjeux et sensibilisation. Apres avoir identifié les ressources disponibles, (argiles et liants alternatifs), les efforts seront concentrés sur l’amélioration de la qualité des briques en terre crue (BTC) : comprimées, modifiées avec des liants, nous comptons améliorer non seulement les propriétés mécaniques, pour construire plus solide et plus haut, mais aussi les propriétés hygrothermiques, afin de garantir un meilleur confort aux utilisateurs. Sur base de ces BTC améliorées et d’une étude approfondie des transferts thermiques au travers des parois, nous allons élaborer des dispositifs constructifs qui devraient permettre de garantir, à cout raisonnable, des bâtiments à un étage, confortables et durables. Une stratégie adéquate de sensibilisation répondant aux résistances des populations locales à utiliser ce matériau sera mise en place, après avoir pris la mesure de ces résistances et identifier les enjeux que représentent la BTC et son éventuelle diffusion sur une plus large échelle. Sur base d’un partenariat équilibré non seulement entre Nord et Sud mais aussi en termes de compétences, l’équipe de recherche formée autour de 2iE, l’Université de Liège et l’Université Catholique de Louvain, profitera de l’expérience de l’Université de Kinshasa (RDC) pour les argiles et de MIPROLAMO (Cameroun) pour la promotion des produits de construction locaux. L’acteur de développement (Autre Terre) accompagnera ces développements techniques de ses compétences en matière de sensibilisation et d’accompagnement de la population.

Coordonnateur : Luc COURARD, ULg ; Adamah MESSAN, Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Budget : 492.989,41 €

Présentation : ARES

Page publiée le 20 juillet 2018