Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Madagascar → ÉTUDE DE LA RESILIENCE DES FORET SECHES DE LA REGION DU MENABE FACE A LA VARIABILITE DES PRECIPITATIONS

Université d’Antananarivo (2015)

ÉTUDE DE LA RESILIENCE DES FORET SECHES DE LA REGION DU MENABE FACE A LA VARIABILITE DES PRECIPITATIONS

RAMALASON Felana Nantenaina

Titre : ÉTUDE DE LA RESILIENCE DES FORET SECHES DE LA REGION DU MENABE FACE A LA VARIABILITE DES PRECIPITATIONS

Auteur : RAMALASON Felana Nantenaina

Université de soutenance : Université d’Antananarivo

Grade : Master de Recherche en Foresterie et Environnement 2015

Résumé
La Région Menabe, située dans la partie sud-ouest de Madagascar, constitue l’une des régions contenant une superficie importante de forêts sèches. Ces forêts possèdent des enjeux écologiques, économiques et sociaux dans cette Région. Cependant, cet écosystème forestier, en tant que formations climaciques climatiques dont le facteur déterminant est le climat, est menacé par la tendance de régression de la précipitation depuis les années 1980 dans le Sud de Madagascar. Ce contexte constitue ainsi l’intérêt de l’analyse de la résilience des forêts sèches de cette Région face aux variabilités des précipitations. D’un côté, la résilience des forêts a été évaluée avec les indices de végétations, reflétant leur verdure. Ainsi, une mosaïque de six images Landsat, de 30 mètres de résolution, a été utilisée pour ressortir les valeurs des indices de végétations (NDVI, EVI) pour un temps de référence. Trois époques, dont chaque époque est composée de deux saisons (sèche et humide), ont été considéré : 2000/2002, 2007/2008, 2013. De l’autre côté, les précipitations ont été recueillies à partir des images satellites météorologiques à basse résolution (10461m x 11070m). La corrélation entre ces deux types de données de base (indices de végétation – précipitation) est significative à 95% (p-value<0,05). Cette corrélation n’est plus significative au-delà du troisième mois avant l’acquisition de l’image. Par la suite, un modèle théorique des valeurs de chaque indice de végétation, en fonction des précipitations, a été établi. Les valeurs issues de ce modèle ont été comparées avec les valeurs réelles des indices de végétation générées par les images Landsat pour déterminer la résilience des forêts. Un changement d’état des forêts suivant les précipitations est constaté au cours des années : la persistance de l’assèchement des forêts en saison sèche et la récupération de la végétation en saison humide. Cette régression des forêts est plus accentuée au niveau des lisières forestières (100 mètres à partir de la limite forestière) par rapport aux noyaux des forêts. Au niveau spatial, les forêts situées au nord de la ville de Morondava sont plus résilientes aux variabilités des précipitations comparées à celles au sud de cette localité. Cette différence de résilience de ces forêts peut être expliquée par la réussite de la restauration forestière dans les forêts au nord de Morondava. En fait, la restauration forestière et l’amélioration de la sécurité alimentaire des populations locales par le développement de l’Agriculture constituent ainsi les mesures d’adaptation aux variabilités climatiques proposées à termes de cette étude. Ces mesures d’adaptation pourraient ainsi conduire à des nouvelles perspectives de recherche et de plan d’action.

Mots clés : Région Menabe, résilience, forêts sèches, précipitation, NDVI, EVI, télédétection, changement climatique

Version intégrale (5,36 Mb)

Page publiée le 18 mai 2018