Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Burkina Faso → Faciliter l’accès à l’eau aux agricultrices du Burkina Faso

2014

Faciliter l’accès à l’eau aux agricultrices du Burkina Faso

Burkina Faso

Titre : Faciliter l’accès à l’eau aux agricultrices du Burkina Faso

Pays : Burkina Faso

Localisation : Province de l’Oudalan

Date/Durée : 2014/2016

Présentation
Dans la province de l’Oudalan, où nous soutenons les productrices d’oignon, plus de 50% des sites maraîchers accèdent difficilement à l’eau. En région sahélienne, la pluviométrie est extrêmement limitée, les capacités hydriques des mares ou des nappes phréatiques sont très faibles et les agricultrices utilisent en majorité des systèmes d’arrosage sommaires et inappropriés qui conduisent à un épuisement rapide de la ressource. Les femmes sont ainsi souvent contraintes d’abandonner leur activité maraîchère faute d’eau suffisante, alors que c’est pourtant une des seules sources de revenus dont elles disposent en période de soudure, la plus cruciale en terme d’insécurité alimentaire.

Pour le SIAD, réduire le gaspillage d’une ressource plus nécessaire que le pétrole et qui se raréfie, mais aussi la valoriser au mieux pour assurer la sécurité alimentaire et le bien-être des habitants du Sahel est une priorité. Pour répondre à ces impératifs, le projet que mènent le SIAD et ses partenaires vise à agir sur deux niveaux : * Assurer la captation et la production d’eau grâce à la construction de forages. * Améliorer la distribution d’eau par la création de réseaux hydrauliques modernes qui permettent réduire les pertes. Pour cela, nous mettrons en place des pompes utilisant l’énergie solaire et déservant un système de goutte à goutte (un procédé innovant qui réduit le gaspillage de l’eau).

Pour s’assurer de la pérennité du projet et de son impact social positif pour l’ensemble des productrices de l’Oudalan, nous formerons les agriculteurs (et en particuliers les plus jeunes) à la maintenance et la gestion des réseaux hydrauliques.

Bénéficiaires : 500 productrices

Service International d’Aide au Développement (SIAD)

Page publiée le 13 août 2018