Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1985 → ETUDE BIOSYSTEMATIQUE (CARYOLOGIE ET PALYNOLOGIE) DE QUELQUES ESPECES ADAPTEES A LA SECHERESSE (CRASSULACEAE ET UMBELLIFERAE)

Université de Paris 11 (1985)

ETUDE BIOSYSTEMATIQUE (CARYOLOGIE ET PALYNOLOGIE) DE QUELQUES ESPECES ADAPTEES A LA SECHERESSE (CRASSULACEAE ET UMBELLIFERAE)

ELALAOUI FARIS, FATIM ZOHRA

Titre : ETUDE BIOSYSTEMATIQUE (CARYOLOGIE ET PALYNOLOGIE) DE QUELQUES ESPECES ADAPTEES A LA SECHERESSE (CRASSULACEAE ET UMBELLIFERAE)

Auteur : ELALAOUI FARIS, FATIM ZOHRA

Université de soutenance : Paris 11

Grade : Doctorat 3e cycle : SCIENCES BIOLOGIQUES FONDAMENTALES ET APPLIQUEES, PSYCHOLOGIE : 1985

Résumé
Ce travail est une approche caryologique et palynologique de quelques espèces, pour la plupart méditerranéennes, appartenant aux familles des Crassulaceae et des Umbelliferae. Chez les Crassulaceae étudiées les chromosomes sont nombreux 2 n = 2 x = 36 (Aeonium canariense) ou 2 n = 2 x = 48 (Umblicus rupestris) et souvent ponctiformes (Umbilicus). Sur le plan palynologique, la surface tectale, lisse (Umbilicus) ou structurée (Aeonium) est toujours homogène. Au contraire, les Umbelliferae se caractérisent par des caryotypes à nombre chromosomique plus faible (2 n = 2 x = 20 : Bifora radians et Pituranthos scoparius, ou 2 n = 2 x= 22 : B. radians, B. testiculata et Ridolfia segetum) pouvant être variable au sein de l’espèce (B. radians), ainsi que par la présence de plusieurs types de chromosomes. Les pollens sont toujours à surface tectale structurée et hétérogène. L’adaptation du sporophyte se répercute au niveau du gamétophyte mâle. Selon les conditions du milieu et son pool génétique, chaque espèce réagit différemment : certains diagnèmes les caractères pollinisue des Aeonium les rapprochent de quelques Umbelliferae primitives adaptées au climat sec d’Australie ; alors que les ailes de l’extexine de Ridolfia ou le tectum structuré des Pituranthos rappellent ce que l’on observe dans certains genres d’Umbelliferae méditerranéens adaptés à la sécheresse. Les études cytogénétiques ont montré que la méiose se déroule normalement. Toutefois, dans les deux familles il a été observé la présence de ponts cytoplasmique liant deux ou plusieurs cellules-mères et une hétérogénéité de la taille de celles-ci non liée à une variation du nombre chromosomique.

Mots clés :
DICOTYLEDONES, ANGIOSPERMAE, SPERMATOPHYTA, CRASSULACEAE, UMBELLIFERAE, CARYOTYPE, POLLEN, FLEUR, MORPHOLOGIE, ULTRASTRUCTURE, MICROSCOPIE ELECTRONIQUE BALAYAGE, GRAINE, BIOLOGE FLORALE, BASSIN MEDITERRANEEN
DICOTYLEDONES ANGIOSPERMAE, SPERMATOPHYTA, CRASSULACEAE, UMBELLIFERAE, KARYOTYPE, POLLEN, FLOWER, MORPHOLOGY, ULTRASTRUCTURE, SCANNING ELECTRON MICROSCOPY, SEEDS, FLORAL BIOLOGY, MEDITERRANEAN BASIN

Présentation (SUDOC-ABES)

Page publiée le 25 février 2009, mise à jour le 7 juillet 2017