Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Madagascar → Aspects quantitatifs, qualitatifs et ichtyologiques des eaux souterraines de la Région Mahafaly, Sud-ouest de Madagascar

Université d’Antananarivo (2016)

Aspects quantitatifs, qualitatifs et ichtyologiques des eaux souterraines de la Région Mahafaly, Sud-ouest de Madagascar

RASOLOARINIAINA Jean Robertin

Titre : Aspects quantitatifs, qualitatifs et ichtyologiques des eaux souterraines de la Région Mahafaly, Sud-ouest de Madagascar

Auteur : RASOLOARINIAINA Jean Robertin

Université de soutenance : Université d’Antananarivo

Grade : Doctorat Sciences de la Vie 2016

Résumé
La zone d’étude du projet SuLaMa, étendue au sud-ouest de Madagascar est confinée entre deux entités géomorphologiques différentes : le Plateau et la Plaine littorale Mahafaly où l’eau constitue un problème majeur pour les habitants. Dans le but d’améliorer les connaissances, trois thèmes ont été traités entre 2011 et 2015 : d’abord, l’étude des aspects quantitatifs des eaux qui fait appel à des méthodes hydrologiques axées sur la piézométrie ; ensuite, l’étude des aspects qualitatifs des eaux souterraines qui préconise des analyses physico-chimiques et bactériologiques ; enfin, l’étude des aspects bioécologiques de l’ichtyofaune du réseau d’eau souterraine karstique qui fait appel aux pêches expérimentales. Sur l’ensemble du Plateau Mahafaly, les eaux souterraines sont accessibles seulement au niveau des nappes perchées qui sont très limitées dans l’espace et tributaires de la pluviométrie. Des différences de niveaux d’eau, imputables aux puisages, sont enregistrées entre le matin et le soir. La nappe perchée d’Andremba est limitée ; avec une pluviométrie de 500 mm/an, elle reste faiblement alimentée et son niveau d’eau chute en saison sèche. Par contre, le village de Maroarivo, érigé au-dessus d’une nappe phréatique plus vaste et mieux alimentée, d’environ 700 mm de précipitations annuelles, possède un niveau d’eau stable. La nappe générale émerge le long de la Plaine littorale sur laquelle l’eau est peu profonde. Le niveau des eaux est influencé par la marée. La conductivité électrique des eaux est très élevée sur la Plaine littorale, mais décroit à mesure qu’on se rapproche du Plateau. D’ailleurs, les paramètres abiotiques de l’eau ainsi que sa teneur en bactéries excèdent souvent les limites prescrites par les normes de qualité pour la consommation humaine. La médiocre condition sanitaire constitue l’une des principales causes de contamination des eaux. Le système aquatique karstique sous le Plateau Mahafaly est habité par deux espèces de poissons cavernicoles : Typhleotris spp. Les inventaires ont permis d’élargir les aires de répartition à 17 eaux souterraines, s’étalent sur près de 90 km, mais ne montrent aucune différence ni dépendance de ces espèces aux conditions abiotiques de l’eau. Aucune preuve de concurrence n’a été remarquée entre Typhleotris madagascariensis et Typhleotris mararybe.

Mots clés : Plateau Mahafaly, climat semi-aride, Parc National Tsimanampesotse, hydrogéologie, qualité de l’eau, eau souterraine, écologie, Typhleotris, Madagasca

Version intégrale (8,65 Mb)

Page publiée le 12 juin 2018