Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Maroc → 2013 → Un village durable et résilient grâce à la permaculture - Brachoua, province de Khemisset

2013

Un village durable et résilient grâce à la permaculture - Brachoua, province de Khemisset

Maroc

Titre : Un village durable et résilient grâce à la permaculture - Brachoua, province de Khemisset

Région /Pays : Maroc

Localisation : Brachoua, province de Khemisset

Date : du 05/2013 au 12/2017

Contexte
La commune de Had Brachoua fait face à de nombreux défis liés aux changements climatiques (sécheresse, nappe phréatique en baisse, inondations de l’oued avoisinant, etc.). Ces défis ont entravé le développement local malgré les richesses naturelles dont dispose le village. Lambarkine, qui fait partie de la commune Brachoua, est situé à 50 kilomètres de Rabat. Ce douar, composé de 60 familles, vivait dans la précarité : il ne disposait ni d’eau, ni d’électricité. L’eau de trois puits creusés par les populations était utilisée pour les besoins des habitants et des animaux et aussi pour l’irrigation. Le pompage était effectué à l’aide d’un moteur thermique. L’énergie solaire n’était pas utilisée par manque de moyens. Les déchets ménagers étaient peu valorisés en compost.

Projet
L’objectif de l’initiative est de promouvoir l’emploi vert à travers la promotion de l’agroécologie, le développement de l’écotourisme, l’exploitation rationnelle des ressources grâce à l’introduction de technologies propres (énergie solaire, irrigation au goutte à goutte), la formation et l’autonomisation des femmes. Cela en vue de s’adapter aux changements climatiques et d’améliorer les revenus des habitants. L’initiative consiste à soutenir le développement durable à travers la promotion des métiers verts liés à l’agroécologie, l’écotourisme et la valorisation des produits du terroir et des plantes aromatiques et médicinales locales. L’association a encouragé les villageois à créer des jardins agroécologiques tout en leur inculquant les notions de base du développement durable et les actions de la lutte contre le changement climatique. De 2013 à 2015, le nombre de jardins est passé de 2 à 40. Les villageois produisent des fruits, des légumes, du poulet et des œufs bios. Ces produits ont été vendus dans un premier temps dans les souks locaux et des évènements nationaux. Cela a permis de constituer une clientèle citadine fidèle et progressivement de supprimer des intermédiaires. Ensuite une coopérative féminine a été créée pour valoriser différents produits alimentaires et artisanaux (couscous améliorés, lentilles, couffins en osier, poulet beldi, etc.). La qualité des produits qui attirent nombre de visiteurs au village, ainsi que la beauté des paysages environnants ont encouragé l’association à développer l’écotourisme local, troisième axe du développement du village. Les activités écotouristiques comprennent l’organisation de randonnées, la dégustation de la gastronomie bio locale, l’accueil chez les habitants. Les progrès enregistrés permettent à la communauté de vivre dans la dignité grâce à ses connaissances fondées sur l’écologie, l’agriculture biologique et l’environnement. Néanmoins, en dépit de ces résultats prometteurs, en période de sécheresse, les jardins potagers souffrent d’un manque d’eau. Cela a incité l’association à utiliser le système de goutte à goutte pour l’irrigation des jardins potagers et à installer des pompes qui fonctionnent à l’énergie solaire pour le pompage de l’eau. Grâce à l’initiative, une plus grande cohésion sociale s’est créée entre les membres de la communauté. Les femmes ont gagné en autonomie grâce aux formations reçues et à leurs activités dans la coopérative. Cela a eu des effets positifs en termes d’éducation des enfants. Les jeunes, quant à eux, ont été formés aux techniques de l’agroécologie et de la permaculture. Le village dispose aujourd’hui de l’électricité, de trois fontaines d’eau potable et est devenu une destination de tourisme rural connue dans la région.

Porteur projet : Association Ibn Al Baytar

Partenaires : Secrétariat d’État Chargé du Développement Durable PNUD Maroc

Présentation : Initiatives climat

Page publiée le 15 juin 2018, mise à jour le 25 juillet 2022