Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Cameroun → Coexistence Homme-Éléphants dans la région de l’Extrême Nord du Cameroun

2017

Coexistence Homme-Éléphants dans la région de l’Extrême Nord du Cameroun

Cameroun

Titre : Coexistence Homme-Éléphants dans la région de l’Extrême Nord du Cameroun

Pays : Cameroun

Signature convention : 17 octobre 2017

Durée du projet : 18 mois

Contexte
Historiquement, les éléphants fuyaient le braconnage au Tchad et au Nigéria et trouvaient refuge dans les Parcs Nationaux et Réserves de l’Extrême-Nord du Cameroun. Malheureusement, cette population estimée aujourd’hui à 1 000 éléphants se retrouve à nouveau menacée tant par les conflits Hommes-Eléphants (CHE) que par le braconnage. Ces 2 menaces sont liées : au cours de leurs migrations entre les 3 aires protégées de la région (le Parc National de Waza (1 700 km²), le Parc National de Kalamaloué (1 260 km²) et la Réserve forestière de Kalfou (60 km²), les éléphants font des incursions dans les champs et détruisent au passage les cultures avec parfois même des pertes humaines, ce qui conduit à des conflits avec les populations locales. L’absence de dispositif légal d’indemnisation de ces dégâts favorise une perception négative des éléphants auprès des populations qui peuvent alors devenir complice du braconnage encouragé par des organisations terroristes ou menant des activités illégales. La coexistence pacifique entre l’homme et l’éléphant dans l’Extrême-Nord du Cameroun est donc un défi majeur.

Objectifs
Ce nouveau projet vise à amplifier les résultats obtenus lors des précédents projets PPI en étendant la zone d’intervention à quasiment toute la région de l’Extrême-Nord du Cameroun (4 départements sur 6) qui couvre plusieurs aires protégées. _ ACODED souhaite donc contribuer à la préservation des populations d’éléphants de l’Extrême-Nord Cameroun et à la promotion d’une meilleure cohabitation durable entre les hommes et les éléphants en améliorant la perception de la conservation de l’éléphant grâce à l’éducation à l’environnement orientée vers les écoliers du primaire et les populations victimes des CHE ; en protégeant les éléphants grâce à un dispositif de suivi continu lors de leurs migrations et en mettant en œuvre des solutions techniques adaptées au contexte de l’Extrême-Nord pour atténuer les CHE.

Activités
• Cartographier, démarquer et sécuriser les couloirs de migration des éléphants ; • Suivre les dégâts causés par les éléphants et les indemnisations reçues par les villageois ; • Mettre en place la méthode de refoulement en formant et en accompagnant techniquement des paysans dans la fabrication et l’utilisation des briques de piment-bouse ; • Développer une nouvelle méthode de refoulement basé sur la mise en place de dispositif kényan de ruches ; • Redynamiser les comités villageois appuyant le service de la conservation du PNW dans la surveillance du parc et démanteler les réseaux de braconniers qui rentreraient dans le parc par leurs villages ; • Suivre systématiquement les migrations des éléphants par des gardes-éléphants ; • Réaliser 30 classes nature « Mon voisin éléphant » rassemblant 280 personnes.

Bénéficiaires : Action Concertée pour le Développement Durable (ACODED)

Financement
Montant global du projet : 116 722 €
Contribution FFEM : 59 961 € (51%)
Partenaires : ACODED (26 457 €), Communautés (10 768 €), CEDC (10 000 €), Parc National de Waza (7 075 €), Des Eléphants et des Hommes (2 461 €

Présentation : UICN France

Page publiée le 12 août 2018