Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1987 → STRUCTURE, PRODUCTIVITE ET DYNAMIQUE DES SYSTEMES ECOLOGIQUES SAHELIENS (MARE D’OURSI, BURKINA FASO)

Université de Paris 11 (1987)

STRUCTURE, PRODUCTIVITE ET DYNAMIQUE DES SYSTEMES ECOLOGIQUES SAHELIENS (MARE D’OURSI, BURKINA FASO)

Grouzis, Michel

Titre : STRUCTURE, PRODUCTIVITE ET DYNAMIQUE DES SYSTEMES ECOLOGIQUES SAHELIENS (MARE D’OURSI, BURKINA FASO)

STRUCTURE, PRODUCTIVITY AND DYNAMICS OF SAHELIAN ECOLOGICAL SYSTEMS (OURSI POND, BURKINA FASO

Auteur : Grouzis, Michel

Université de soutenance : Université Paris 11

Grade : DOCTORAT D’ETAT : SCIENCES BIOLOGIQUES FONDAMENTALES ET APPLIQUEES, PSYCHOLOGIE : 1987

Résumé
Cette étude traite de la structure, de certains aspects du fonctionnement et de l’évolution des phytocénoses sahéliennes du bassin versant d’Oursi, situé au nord du Burkina Faso. Après avoir· rappelé les conditions sahéliennes (aridité climatique, édaphique, saisonalité, variabilité .. . ) le problème du déséquilibre entre les besoins d’une population en expansion et les ressources limitées du milieu est posé. L’étude aborde ensuite la méthodologie relative à la précision des mesures dans l’estimation des phytomasses épigée et hypogée par les techniques classiques de la récolte et radiométrique. Les résultats recueillis de 1976 à 1984 à l’ échelle de la station écologique, du bassin versant et de la région portent sur : ( 1) la structure de la végétation ( spectre floristique et biologique de la strate herbacée, densité et structure démographique du peuplement ligneux) (2) la mise en place du peuplement herbacée (productiondes semences propriétés germinatives, établissement des plantules) ; ( 3) la phénologie, la productivité de la végétation épigée et hypogée et, leur déterminisme écologique. Une expression de la production en fonction des précipitations est proposée pour estimer· la production et la capacité de charge fréquentielles ; ( 4) les conditions de la dégradation et les capacités de régénération de la végétation définies par les effets de la mise en défens sur la flore, la phytomasse, l’ efficience en eau, la densité des ligneux et par les effets d’aménagements (travail du sol, reboisement ... ).

Mots clés : AFRIQUE - DYNAMIQUE VEGETATION- STRUCTURE VEGETATION - PRAIRIE - PLANTE HERBACEE - BURKINA FASO - SAHEL - ZONE SEMIARIDE - PATURAGE - ECOSYSTEME - EQUILIBRE BIOCENOTIQUE - SECHERESSE - PRODUCTIVITE - FACTEUR ANTHROPIQUE - DESERTIFICATION

Présentation : SUDOC-ABES

Texte intégral (IRD)

Page publiée le 26 février 2009, mise à jour le 10 juillet 2017