Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2018 → Protéger les ressources marines, côtières et terrestres en Mauritanie

2018

Protéger les ressources marines, côtières et terrestres en Mauritanie

Mauritanie

Titre : Protéger les ressources marines, côtières et terrestres en Mauritanie

Pays : Mauritanie

Durée : 2018 à 2019

Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)

Organisme de tutelle : Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD)

Contexte
Le couvert végétal progresse dans la plupart des zones où des associations d’usagers exploitent les ressources selon l’approche de la gestion décentralisée des ressources, mais le financement de ces associations n’est pas encore assuré sur le long terme. Les catégories de population tributaires des ressources marines, côtières et terrestres ne sont pas encore suffisamment protégées contre les conséquences du changement climatique (résilience insuffisante des groupes de population vulnérables).

Objectifs
Les groupes de population tributaires des ressources marines, côtières et terrestres sont mieux préparés aux conséquences du changement climatique.

Approche
La mise en œuvre du projet se concentre sur les deux parcs nationaux du banc d’Arguin et du Diawling ainsi que sur la ceinture de dunes côtières. Cela permet surtout d’assurer la protection de Nouakchott, la capitale mauritanienne, ainsi que des régions du Guidimakha et du Hodh El Gharbi dans le sud du pays. Le programme intervient selon trois axes prioritaires. Il appuie, d’une part, les processus décisionnels basés sur les informations. Il promeut, d’autre part, une gestion intégrée et sensible au climat des ressources marines et côtières ainsi qu’une gestion sensible au climat des ressources communautaires dans les zones de forêts, de brousse et de pâturages. Le premier axe prioritaire porte sur un soutien au ministère de l’Environnement au niveau national, tandis que les deux autres champs d’action se concentrent sur l’échelon infranational et local. Les risques climatiques sont intégrés à tous les niveaux. En outre, des actions d’amélioration de la participation de la population locale, en particulier des femmes, et les bénéfices qu’elle peut tirer de la gestion durable des ressources naturelles sont identifiées et mises en œuvre. Le consortium de sociétés d’études et de conseil GOPA / Eco Consult apporte un soutien à la mise en œuvre du deuxième champ d’action.

Présentation : GIZ

Page publiée le 30 juin 2018