Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1987 → LE COMPOSTAGE DES COQUES D’ARACHIDE : UNE TECHNIQUE PERMETTANT D’AMELIORER LA QUALITE DES SOLS SAHELIENS

Université de Nancy 1 (1987)

LE COMPOSTAGE DES COQUES D’ARACHIDE : UNE TECHNIQUE PERMETTANT D’AMELIORER LA QUALITE DES SOLS SAHELIENS

Seck, Mamadou Amadou

Titre : Le compostage des coques d’arachide : une technique permettant d’améliorer la qualité des sols sahéliens

Auteur : SECK, Mamadou Amadou

Université de soutenance : Université de Nancy

Grade : Doctorat 1987

Introduction
La fertilité des sols sénégalais est en grande partie fonction du taux de matière organique présent. Sous ce terme de matière organique utilisable en agriculture, PICHOT ( 1975) englobe : l’ensemble des composés organiques d’origine animale ou végétale présents dans un sol à un moment donné. l’ensemble des composés organiques qui peuvent être incorporés au sol dans le but d’entretenir ou d’augmenter sa fertilité (Engrais verts, résidus de récoltes, fumiers, composts divers .. ) C’est ce dernier aspect qui nous intéressera au cours de nos travaux, les sols sahéliens étant particulièrement pauvres en substances carbonées. Cet apport peut améliorer la fertilité de différentes façons (WHITEHEAD 1963) par apport d’éléments minéraux microorganismes au cours de la organique. par leur impact sur les éléments minéraux ayant une autre origine que la matière organique elle même.
Par leur action sur la physiologie des plantes par leurs effets sur le développement de certains agents phytopathogènes. Ces substances peuvent être une source d’azote pour les plantes et les microorganismes, selon DOMMERGUES et al (1970) il représente- 2 à 5 % des matières humiques. Ainsi d’après JACQUIN et al (1984) une addition de compost peut augmenter de 14 % la quantité d’azote initialement présente. FELLER et al 1981) ont signalé un accroissement de 0,76 à 2,19% avec l’utilisation de compost de paille de sorgho. En outre l’addition de substrats organiques entraîne un enrichissement du sol en phosphore, calcium, potassium et oligoéléments ( BASTISTIC et al 1977, BRUCE et al 1984) - 2 - HAGEL ( 1973) a signalé un phénomène analogue. Un autre facteur est extrêmement important au Sénégal la pluviométrie. Lorsque cette dernière est déficiente on a pu constater que la substance azotée apportée par la matière organique semblait jouer un rôle beaucoup plus important dans la nourriture des céréales qu’en saison normale. Selon les termes de GANRY ( 1975), l’azote de la matière organique du sol a contribué pour près de 80% à la nutrition azotée du mil en 1972, année de sécheresse au Sénégal. Par contre , en cas de pluviométrie élevée, l’apport de matière organique se traduit par des pertes importantes de ces substances par drainage OLIVER in PICHOT 1975) . Ces résultats avaient d’ailleurs été prévus par CRASWELL et al ( 1974) qui ont constaté en laboratoire, une perte d’azote allant de 47 à 84% au delà d’un taux d’humidité de 100%.
En fonction de ces données deux éléments nous ont paru particulièrement importants pour effectuer nos recherches à Dakar le facteur eau en particulier en ce qui concerne une rétention au cours des cultures. la recherche d’une source de matière organique importante justifiant ce type d’expérience. Nous nous sommes alors appuyés sur les travaux de KILBERTUS (1985) et des membres de son équipe, pour appliquer aux coques d’arachide les techniques de compostage que ces chercheurs avaient mis au point pour les écorces . La matière première utilisable est constituée par les résidus d’une usine d’huile d’arachide installée à Dakar

Mots clés : Coques d’arachide Compostage

Version intégrale (Bibliothèque numérique UCAD)

Page publiée le 27 février 2009, mise à jour le 10 juillet 2017