Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2016 → Projet cohésion sociale : Extrême Nord du Cameroun

2016

Projet cohésion sociale : Extrême Nord du Cameroun

Cameroun

Titre : Projet cohésion sociale : Extrême Nord du Cameroun

Pays : Cameroun

Durée : Mars 2016 durée 1 an

Contexte
Le climat de violence et d’insécurité présent à l’Extrême Nord du Cameroun exacerbe les conditions vulnérables de la population disproportionnellement affectée par des années de pauvreté et de marginalisation des couches vulnérables. En plus de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition causées par des chocs climatiques successifs comme les sécheresses et les inondations. La situation actuelle affecte durement les femmes et les jeunes, considérés comme les plus exposés aux conséquences fâcheuses de la crise et à l’extrémisme violent. Le projet cible sur les arrondissements de Maroua, Mora, Kousseri, Mokolo dans les trois départements (Mayo Sava, Mayo Tsanaga et Logone et Chari) les plus touchés par la crise nigériane et les attaques de Boko Haram au Cameroun.

Objectifs
Soutenir la prévention de l’extrémisme violent dans l’Extrême Nord à travers l’autonomisation et l’offre d’opportunités économiques aux couches vulnérables spécialement les jeunes et les femmes.
Plus spécifiquement, l’objectif de ce projet est de : * alléger les conséquences socio économiques consécutives à l’extrémisme violent et renforcer la résilience des personnes vulnérables * réduire le risque de radicalisation des jeunes et des communautés et renforcer à la crise et leur capacité à prévenir et à répondre à l’extrémisme violent sont améliorées.

Résultats escomptés
1 . Le relèvement de, et la résilience à l’impact socio-économique de l’extrémisme violent sont renforcés Les personnes déplacées internes et membres des communautés hôtes bénéficient des emplois rapides et disposent de revenus stables ; Les personnes déplacées internes et membres des communautés hôtes, spécialement les jeunes et les femmes affectés par la crise acquièrent de nouvelles techniques et de nouvelles aptitudes de management ; Les jeunes acquièrent une initiation en montage d’affaires et de micro projets économiques ; Les jeunes soutenus par le projet disposent de capacités nécessaires pour leur relèvement socio économique rapide des effets de la crise
2. La résilience des communautés à la crise et leur capacité à prévenir et à répondre à l’extrémisme violent sont améliorées. Les causes et les conséquences de la radicalisation sont mieux connues des membres des communautés cibles (leaders religieux, enseignants, parents, jeunes et enfants) et ceux ci disposent des meilleures capacités pour la prévenir ; Des jeunes exposés à l’extrémisme violent sont désengagés et réintégrés dans leurs communautés

Partenaire exécution : FAO, JICA et UNFPA Plan International, ACDEV et CADEPI

Financement : Peuple et Gouvernement du Japon
Budget : USD 2.100.000

Présentation : PNUD

Page publiée le 16 août 2018