Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2014 → Prévention des crises humanitaires au Burkina Faso à travers la mise en œuvre du Cadre d’Action de Hyogo : Etat des lieux et perspectives.

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2014

Prévention des crises humanitaires au Burkina Faso à travers la mise en œuvre du Cadre d’Action de Hyogo : Etat des lieux et perspectives.

KOLOGO Sondéma

Titre : Prévention des crises humanitaires au Burkina Faso à travers la mise en œuvre du Cadre d’Action de Hyogo : Etat des lieux et perspectives.

Auteur : KOLOGO Sondéma

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master spécialisé en Management des Actions et Crises Humanitaires 2014

Résumé
La prévention des catastrophes et des crises humanitaires, malgré les efforts consentis à travers le Cadre d’Action de Hyogo, connaît des insuffisances notables. Ainsi, avons-nous voulu contribuer à évaluer l’état de sa mise en œuvre au Burkina Faso, à travers une approche double, descriptive et analytique des différents résultats/réalisations. Notre groupe-cible était composé quinze (15) personnes, auxquelles nous avons associé cinq (05) personnes ressources. La démarche méthodologique a consisté à une analyse documentaire, à une enquête de terrain à travers un guide d’entretien. Les résultats de l’étude ont montré que les progrès réalisés par le Burkina Faso dans la mise en œuvre du CAH ne sont pas satisfaisants. En effet, les dispositions prises au niveau national en matière de prévention des catastrophes et crises humanitaires sont insuffisantes et inefficaces car il manque les moyens-financiers, matériels, logistiques, humains, etc. pour les traduire en acte concret dans les faits. L’étude a également indiqué que la prévention des crises humanitaires au Burkina Faso, comporte des atouts indéniables tels que la prise de conscience du problème par les premières autorités du pays, la prise en compte de la RRC dans les stratégies, plans, programmes et projets, etc. mais beaucoup de faiblesses essentiellement d’ordre financier, institutionnel, structurel, organisationnel, politique, culturel, etc. Au regard de ces insuffisances, une synergie d’action entre les différents grands engagements - cadres post-2015 pour la réduction des risques de catastrophe, les objectifs de développement durable et les accords sur le changement climatique-, permettrait une mobilisation conséquente des ressources et des énergies, toute chose qui donnerait plus de chance au CAH2.

Mots clés : résilience, catastrophes, cadre d’action, prévention, risques

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 16 septembre 2018