Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2017 → Etude d’avant-projet détaillé pour l’approvisionnement en eau potable de la localité de Loumbol Thylli (Sénégal)

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2017

Etude d’avant-projet détaillé pour l’approvisionnement en eau potable de la localité de Loumbol Thylli (Sénégal)

MBAYE Harouna

Titre : Etude d’avant-projet détaillé pour l’approvisionnement en eau potable de la localité de Loumbol Thylli (Sénégal)

Auteur : MBAYE Harouna

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : MASTER EN INGENERIE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT OPTION : INFRASTRUCTURE ET RESEAU HYDRAULIQUE 2017

Résumé
Dans le cadre du développement de l’hydraulique pastorale au Sahel, le Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS-SN) a été initié à l’issue de la déclaration de Nouakchott en Novembre 2013. Le Sénégal est l’un des pays concernés par le PRAPS-SN, il bénéficiera la réalisation de 15 forages équipés avec réseau d’adduction d’eau complet et la réhabilitation de 5 autres forages. Le présent mémoire traite le cas de l’Etude d’Avant-projet Détaillé pour l’approvisionnement en eau potable de localité de Loumbol Thylli. La demande de production de la localité s’élève à 220,7m^3/j à l’horizon 2027 avec un besoin de pointe journalier de 40m^3/j et un besoin pastoral de 180,7m^3/j. Le réseau de refoulement est composé d’une canalisation en PVC PN10 de longueur 38m sortant du forage et alimentant le château d’eau tronconique en béton armé de capacité 100m^3, le réseau de distribution est de type ramifié et composé de canalisation en PVC PN6. Le projet étant pastoral, le château dessert deux zones de pâturage et sur chaque zone de pâturage est implanté trois abreuvoirs et une Borne Fontaine. Le coût du projet a été évalué à 259 449 683 (deux cent cinquante-neuf millions quatre cent quarante-neuf mille six cent quatre-vingt-trois) FCFA avec un coût de revient du mètre cube de l’eau à 420 (quatre cent vingt) FCFA

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 15 septembre 2018