Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2017 → Relation entre les variables d’états et le rendement agricole en fonction des pratiques culturales : cas du bassin versant de Tougou (nord du Burkina Faso)

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2017

Relation entre les variables d’états et le rendement agricole en fonction des pratiques culturales : cas du bassin versant de Tougou (nord du Burkina Faso)

IZZA Issa Baba

Titre : Relation entre les variables d’états et le rendement agricole en fonction des pratiques culturales : cas du bassin versant de Tougou (nord du Burkina Faso)

Auteur : IZZA Issa Baba

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : MASTER EN GENIE CIVIL ET HYDRAULIQUE OPTION : INSFRASTRUCTURE ET RESEAUX HYDRAULIQUES/EAU AGRICOLE 2017

Résumé
La présente étude a été menée dans le bassin versant de Tougou au Nord du Burkina Faso dans la partie sahélienne. Depuis plusieurs décennies cette région du Nord connait une dégradation continue des ressources naturelles, plus précisément celles les sols due à l’effet du changement climatique et à la pression démographique. Les dégradations des sols ont modifié les paramètres hydriques du sol et ont causé la baisse de la fertilité et de rendement du sol etc…. De ce fait il s’avère nécessaire de mieux comprendre les variables d’états du sol et de proposer des solutions à travers des pratiques culturales pour ralentir les dégradations des sols et améliorer les rendements agricoles. Pour mener à bien cette étude, des mesures de terrain (la teneur en eau, charge de pression et la pluie) ont été effectués sur ce bassin versant, le dispositif expérimental de Tougou est constitué de deux blocs A et B et chacun d’eux est constitué de 4 parcelles (1 parcelle de Zaï, 1 parcelle de demi-lune, 1 parcelle de cordons pierreux et 1 parcelle témoin). L’objectif principal consiste à évaluer les impacts des pratiques culturales sur les rendements du mil et voir la relation entre les variables d’états et ce rendement agricole. Les résultats obtenus montrent une différence de l’humidité en fonction de chaque pratique culturale. Les parcelles de Zaï et de la demi-lune montrent une bonne capacité de stockage en eau, avec 235mm pour la pratique de Zaï et 227 mm pour la technique de demi-lune comparativement aux parcelles témoins où ces valeurs d’humidité sont faibles dont 188 mm. Les rendements sont également améliorés sur les différentes parcelles. Cependant ces rendements restent relativement faibles sur les parcelles témoins et de cordons pierreux dont 478 kg/ha et 708 kg/ha avec de valeurs de stock d’eau d’environ 200 mm pour le cordons pierreux. Quant aux parcelles de demi-lune et de Zaï, les rendements du mil sont très importants avec 1300 kg/ha et 2000 kg/ha. Ceci est certainement dû à une capacité d’infiltration plus importante et à une décomposition plus efficiente de la matière organique au niveau de ces pratiques.

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 12 septembre 2018