Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2016 → Elaboration d’un modèle numérique de gestion durable des eaux souterraines en milieu de socle : cas du site expérimental de Sanon, Burkina Faso

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2016

Elaboration d’un modèle numérique de gestion durable des eaux souterraines en milieu de socle : cas du site expérimental de Sanon, Burkina Faso

TIONO Boureima

Titre : Elaboration d’un modèle numérique de gestion durable des eaux souterraines en milieu de socle : cas du site expérimental de Sanon, Burkina Faso

Auteur : TIONO Boureima

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : MASTER : GENIE CIVIL ET HYDRAULIQUE 2016

Résumé
Situé dans une zone caractérisée par les aquifères de socle ; le site expérimental de Sanon est représentatif de la géologie du Burkina Faso. Dans certaines régions du pays, en particulier les zones caractérisées par les aquifères de socle cristallin, sous climat sahélien, les incertitudes sur les débuts et fins de saisons, l’augmentation des poches de sécheresses en saison pluvieuse, la rareté ou la saisonnalité des eaux de surface accentuent la pression sur les ressources en eau souterraine à l’échelle. C’est dans le but d’apporter une contribution à la gestion durable de ces ressources que la présente étude a été initiée. Compte-tenu de l’objectif recherché, et des données disponibles, l’approche milieu poreux équivalent a été choisie pour l’élaboration d’un modèle numérique d’écoulement en régime permanent et transitoire à l’aide des différences finies du code Modflow. A l’issu de ce modèle numérique, deux scénarios de gestion ont été proposés pour une gestion durable de la ressource. La modélisation en régime permanent du 19/01/1989 a permis de caractériser la distribution spatiale de la perméabilité, et de la recharge (respectivement 2,20.10-6 à 5,79.10-5 m/s et 11,77 et 118,882 mm/an), et quantifier aussi les flux d’eau qui transitent dans le modèle. Il révèle que les principaux flux qui transitent dans le modèle proviennent de la recharge et l’alimentation à travers ses frontières. Aussi, il en ressort que l’influence des prélèvements sur le fonctionnement global de l’aquifère de Sanon est négligeable. Le modèle en régime transitoire a permis d’affiner la distribution spatiale du coefficient d’emmagasinement (10-4 à 10-2) de l’aquifère de Sanon. La comparaison des chroniques piézométriques mesurées et simulées a révélé une assez bonne restitution de la piézométrie par le modèle. Le bilan hydrique issu du calage du régime transitoire a mis en évidence les entrées et les sorties d’eau du modèle. Enfin, ces deux scénarios projetés prévoient une croissance continue des prélèvements et une baisse du niveau de la nappe de Sanon.

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 16 septembre 2018