Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → Thèses en préparation → 2017 → Mise en complémentarité du tourisme et de l’agriculture pour le développement durable du Sénégal

Université Perpignan (2017)

Mise en complémentarité du tourisme et de l’agriculture pour le développement durable du Sénégal

Marone Paulette

Titre : Mise en complémentarité du tourisme et de l’agriculture pour le développement durable du Sénégal

Auteur : Marone Paulette

Université : Université Perpignan

Discipline : Sciences économiques

Sous la direction de : Jean-Louis Caccomo

Résumé partiel
1- L’intérêt du sujet Le tourisme et l’agriculture occupent une place importante dans l’économie mondiale.En effet toutes les statistiques nous montrent que le nombre de touristes dans le monde augmente chaque année. En se basant sur les statistiques de L’Organisation Mondiale du Tourisme, on constate cette augmentation : « 674 millions de touristes dans le monde, en 2000 », ce qui progressa jusqu’à atteindre « 1 milliard 186 millions d’arrivées, en 2015. » « Le tourisme représente 10% du PIB mondial, en impact direct, indirect et induit, et un emploi sur 11 dans le monde (également en impact direct, indirect et induit). « Le PIB du secteur touristique atteint presque les 10%. En effet selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, « la contribution totale du tourisme au PIB mondial est de 9,8 %. » Concernant l’agriculture, selon la Banque Mondiale, sa croissance a des effets deux à quatre fois plus efficaces par rapport aux autres secteurs. En 2014, elle représentait encore un tiers du produit intérieur brut (PIB) mondial. Quant à l’agriculture, nul n’ignore que la révolution agricole a permis la révolution industrielle. L’histoire nous apprend que la naissance du tourisme coïncide avec la révolution industrielle des anglais qui furent les premiers à le pratiquer pour des raisons culturelles à travers diverses destinations. Beaucoup de pays développés ont eu d’abord un secteur agricole fort. C’est le cas des États Unis, de l’Angleterre, de la France, de la Chine, du Brésil... Le tourisme et l’agriculture constituent donc un poids économique considérable. Mettre en relation ces deux secteurs sera favorable à l’économie de manière durable. D’abord parce que l’agriculture est à la base de tout développement. Autrement dit pour qu’un pays se développe convenablement il faut au préalable que son secteur agricole soit notable avec une autosuffisance alimentaire et des exportations importantes. Ensuite parce que le tourisme est en plein essor et est considéré comme un moteur de croissance économique s’il s’inscrit dans un contexte de développement durable. La Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement, dans le rapport de Brundtland en 1987, définit le développement durable comme « étant un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. » Cette définition nous permet d’examiner plusieurs aspects sur l’environnement, l’écologie, la croissance économique, la société... En effet elle prend en compte le respect des ressources naturelles en conciliant progrès économique et social tout en satisfaisant nos besoins actuels et ceux de nos prédécesseurs. Parmi ces besoins nous pouvons citer nos besoins en eau, en nourriture, un cadre de vie.En matière d’agriculture, l’agriculture biologique est un des fondements du développement durable. Ce dernier prône une agriculture rentable économiquement sans porter atteinte à l’environnement et aux ressources naturelles et prenant en compte l’avenir des agriculteurs. En matière de tourisme également, cela va dans le même sens, favoriser le développement économique des destinations et structures touristiques tout en tenant compte les équilibres socioculturels et écologiques afin de minimiser les impacts négatifs qui peuvent être générés par le tourisme tels que la destruction des écosystèmes, la fuite des recettes touristiques, la pollution des espaces, la surconsommation de l’eau et de l’énergie, le réchauffement climatique, pour ne citer que cela.

En préparation depuis le : 17-11-2017

Source : Theses.fr

Page publiée le 17 octobre 2018