Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2007 → Contribution à la caractérisation génétique de races ovines algériennes, marocaines et françaises par l’utilisation du microsatellite OarCP34 et étude de leurs relations phylogénétiques

Université Oran 1 - Ahmed Ben Bella (Université Es-Sénia) 2007

Contribution à la caractérisation génétique de races ovines algériennes, marocaines et françaises par l’utilisation du microsatellite OarCP34 et étude de leurs relations phylogénétiques

HAMOUDA BOUGHANIA Linda

Titre : Contribution à la caractérisation génétique de races ovines algériennes, marocaines et françaises par l’utilisation du microsatellite OarCP34 et étude de leurs relations phylogénétiques

Auteur : HAMOUDA BOUGHANIA Linda

Université de soutenance : Université Oran 1 - Ahmed Ben Bella (Université Es-Sénia)

Grade : Magister 2007

Résumé
Dans le cadre de l’étude de la biodiversité des ressources génétiques animales en général et ovines en particulier, nous nous sommes intéressés à deux axes d’étude : la variabilité génétique de chacune des races ovines étudiées et les relations phylogénétiques inter-race.Le premier axe est basé sur la contribution à la caractérisation génétique de treize races ovines originaires de trois pays méditerranéens différents : l’Algérie (6 races : Hamra, Ouled-Djellal, Taâdmit, Rembi, Sidaoun et D’men), le Maroc (5 races : Béni-Guil, Sardi, Timahdite, Boujâad et D’man) et la France (2 races : Mérinos de Rambouillet et Rouge de Roussillon), par l’utilisation du marqueur microsatellite OarCP34. La méthode utilisée est l’amplification in vitro des ADN ovins par PCR suivie d’une électrophorèse sur gel de polyacrylamide non dénaturant et coloration froide de l’ADN par le nitrate d’argent. L’analyse des résultats a permis la détermination du nombre d’allèles, des taux d’hétérozygotie ainsi que du nombre efficace d’allèles, pour chacune des races étudiées. Un total de 8 allèles différents a été mis en évidence dont un allèle spécifique à la race Beni-Guil. Le deuxième axe porte sur la contribution à l’étude phylogénétique de ces treize races ovines à travers 4 microsatellites (OarCP34, OarFCB128, INRA63 et BM1824). Cette variabilité a été estimée en utilisant deux indices de distance génétique : la distance minimum de Nei et celle de Goldstein. A partir de ces distances, la construction d’arbres phylogénétiques et une analyse multidimensionnelle ont été réalisées. Les résultats obtenus montrent un regroupement de la race française Rouge de Roussillon avec les deux races algériennes Ouled Djellal et Hamra, ce qui pourrait être en faveur d’une origine commune de ces races. Nous avons constaté la formation d’un groupe constitué de races à fortes ressemblances phénotypiques constitué de Taâdmit, Boujâad et Sardi. Les résultats obtenus sont en accord avec les origines historiques et géographiques des treize races ovines étudiées. Cependant, ces résultats restent préliminaires car limités à un faible nombre de loci et mériteraient d’être approfondis et complétés par l’étude d’un nombre plus important de locus.

Mots clés : Variabilité génétique ; Microsatellite ; Relations phylogénétiques ; Races ovines

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 9 février 2019