Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2016 → Symbioses telluriques : Rôle et mécanisme de tolérance aux stress abiotiques

Université Oran 1 - Ahmed Ben Bella (Université Es-Sénia) 2016

Symbioses telluriques : Rôle et mécanisme de tolérance aux stress abiotiques

Nehila Afaf

Titre : Symbioses telluriques : Rôle et mécanisme de tolérance aux stress abiotiques

Auteur : Nehila Afaf

Université de soutenance : Université Oran 1 - Ahmed Ben Bella (Université Es-Sénia)

Grade : Doctorat 2016

Résumé
Une étude du statut mycorhizien est entreprise dans deux sites salins et deux sites dunaires à partir du sol rhizisphérique des plantes d’intérêts afin d’isoler et de sélectionner des CMA performants pour leur utilisation ultérieure dans l’inoculation d’A. saligna et de L. creticus. Cette étude a décelé une différence entre les sites salins et les sites dunaires. Ces derniers abritent un nombre réduit de propagules MA mais les racines de leurs plantes sont fortement mycorhizées, contrairement aux sols salins, suggérant que la salinité affecte négativement la germination des spores et la colonisation racinaire des plantes hôtes, provoquant l’accumulation des spores dans le sol. Sur la base des caractéristiques morphologiques des spores, une diversité de glomale (45 morphotypes) est mise en évidence. Elle est plus importante dans les sols dunaires que dans les sols salins suggérant ainsi que les conditions édaphiques et pédologiques affectent le comportement, la diversité et la distribution des CMA. La performance des isolats, issus de culture monosporale, est testée vis-à-vis du stress salin et hydrique, permettant de sélectionner cinq isolats des différents sites : AT6, LT3, LB2, SST5 et 3S6. La croissance et les paramètres biochimiques, sous stress salin (150 mM et 300 mM de NaCl), sont évalués chez A. saligna et L. creticus inoculées avec les isolats sélectionnés, un mixte des CMA isolés et une combinaison de ce dernier avec une souche de rhizobium. Les résultats montrent que la salinité a affecté négativement le développement d’A. saligna et de L. creticus mais l’inoculation a permis de freiner l’effet dépressif du sel. La meilleure tolérance est observée chez les plants inoculés avec la combinaison rhizobium et mixte de CMA, par contre, la simple inoculation avec les isolats MA n’a aucun effet dans la tolérance d’A. saligna et de L. creticus. Les résultats montrent également que pour A. saligna, l’efficacité des CMA ne semble pas liée à leur adaptation au sel ni à la plante hôte alors qu’elle est liée à la plante hôte dans le cas de L. creticus.

Mots clés : Symbiose mycorhizienne, Symbiose rhizobienne, Tolérance, Acacia saligna, Lotus creticus, stress abiotique.

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 21 avril 2019