Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2017 → Analyse des compromis entre la production et l’efficience de l’eau et de l’azote dans les systèmes céréaliers méditerranéens a base de blé dur

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM) 2017

Analyse des compromis entre la production et l’efficience de l’eau et de l’azote dans les systèmes céréaliers méditerranéens a base de blé dur

Ben Zekri Mghirbi Y.

Titre : Analyse des compromis entre la production et l’efficience de l’eau et de l’azote dans les systèmes céréaliers méditerranéens a base de blé dur

Auteur : Ben Zekri Mghirbi Y.

Etablissement de soutenance : Montpellier SupAgro

Diplôme : Doctorat en Sciences Agronomiques 2017

Résumé
La faible efficience des ressources non renouvelables comme l’eau et l’azote, constitue un frein à un accroissement durable de la production des céréales. L’augmentation simultanée de l’efficience de l’utilisation de ces deux facteurs et des rendements constitue un défi majeur pour la production céréalière en méditerrané, principalement la production de blé dur. L’objectif de la thèse est d’analyser la variabilité des rendements de blé dur en Tunisie vis-à-vis des deux facteurs de production l’eau et l’azote et les possibilités d’augmenter conjointement la productivité et l’efficience dans les systèmes de culture à base de blé dur. Cette étude s’appuie sur des données expérimentales, de statistiques régionales et d’enquêtes entreprises auprès des agriculteurs sur 537 situations agronomiques (la combinaison d’une parcelle de blé dur, une année et un précédent cultural) de blé dur dans 4 régions qui fournissent une partie importante de la production céréalière. Les données collectées nous ont permis d’établir un cadre d’analyse des compromis entre l’efficience de l’utilisation de la ressource (eau et azote) et le rendement, en se basant sur l’approche de la décomposition de l’efficience et les concepts de facteur limitant, de frontière d’éco-efficience et d’écart de rendement. Testé avec des données expérimentales et appliqué sur les données d’agriculteurs, pour le cas de l’azote, ce cadre a démontré qu’avec un précédent non céréalier, particulièrement des légumineuses, on peut obtenir un potentiel d’absorption d’azote beaucoup plus élevé qu’en monoculture. Les précédents culturaux diversifiés ont permis aussi d’augmenter simultanément la production et l’efficience de l’utilisation d’azote. En revanche, l’augmentation de la frontière d’efficience de la captation d’azote a été marquée par un accroissement des écarts d’absorption à cette frontière, indiquant un effet plus marqué des autres facteurs limitants dans le cas de rotations diversifiées. L’eau et ses interactions avec l’azote pourraient être considérées parmi les principaux facteurs qui peuvent affecter l’absorption azotée et par conséquent les rendements de blé dur. Ce travail permettrait de combiner d’une part le diagnostic des facteurs limitant la production au niveau des parcelles d’agriculteurs et d’autre part l’analyse des scénarios de gestion des compromis production efficience avec les agriculteurs et les décideurs.

Mots-clés : EFFICIENCE D’UTILISATION DE L’EAU ; AZOTE ; RESSOURCE EN EAU ; SYSTEME DE CULTURE ; BLE DUR ; RENDEMENT DES CULTURES ; GESTION DES RESSOURCES ; FACTEUR DE PRODUCTION ; ENQUETE SUR EXPLOITATIONS AGRICOLES ; CEREALICULTURE ; TUNISIE

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 11 septembre 2018, mise à jour le 26 septembre 2019