Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Master → 2017 → Impact de l’action anthropozoogène sur la biodiversité végétale dans la région sud de l’ouest algérien

Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT) 2017

Impact de l’action anthropozoogène sur la biodiversité végétale dans la région sud de l’ouest algérien

Abed, Nassim

Titre : Impact de l’action anthropozoogène sur la biodiversité végétale dans la région sud de l’ouest algérien

Auteur : Abed, Nassim

Université de soutenance : Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT)

Grade : Master en Ecologie et Environnement 2017

Résumé
La biodiversité est un concept complexe, englobant à la fois la variabilité génétique des populations, la diversité spécifique et fonctionnelle des communautés, la diversité des écosystèmes et les interactions entre ces différents niveaux organisationnels. Nul indicateur ne saurait prendre en compte l’ensemble de ces composantes : les indicateurs évaluent des compartiments partiels de la biodiversité (Balmford et al., 2010). La biodiversité végétale méditerranéenne est le produit d’une paléogéographie complexe et mouvementée, mais aussi d’une utilisation traditionnelle et harmonieuse du milieu par l’homme (Iboukassene, 2008). Dans un contexte mondial de préservation de la biodiversité, l’étude de la flore du bassin méditerranéen présente un grand intérêt, vu sa grande richesse liée à l’hétérogénéité de facteur historiques, paléogéographiques, paléoclimatiques, écologiques et géologiques qui la caractérisent, ainsi qu’à l’impact séculaire de la pression anthropique (Quezel et al, 1980). La forêt méditerranéenne vu , son importante biodiversité fait d’elle l’une des régions du monde les plus renommées par l’existence des aires protégées et des parcs naturels, alors que son riche potentiel en matière de produits fournis pourrait conduire à l’épuisement des ressources et au déclenchement de conflits entre divers usagers (Houée, 1996). La plupart des forêts méditerranéennes représentent des systèmes écologiques non équilibrés, en général bien adaptés dans l’espace et dans le temps à diverses contraintes et donc aux modifications de dynamique ou de structure et d’architecture des peuplements qu’ils peuvent engendrer (Barbero et Quézel, 1989). Les monts de Tlemcen font parti du patrimoine forestier national algérien. Ces derniers offrent un modèle d’étude très intéressante par la diversité des paysages et la remarquable répartition de la couverture végétale conditionnée par un nombre important de facteurs écologiques (Tinthoin, 1948). Cette végétation est soumise à une dégradation continue d’année en année, qui se traduit par une perturbation de l’équilibre écologique, due le plus souvent à une action conjuguée du climat et de l’homme. Ce dernier s’est contenté d’exploiter un capital, à première vue, inépuisable (Quezel, 1976). L’action anthropique est un facteur majeur dans la dégradation du couvert végétal voir l’exclusion totale de certaines espèces d’un milieu à un autre. Barbero et al, (1990) signalent que les perturbations causées par l’homme et ses troupeaux sont nombreuses et correspondent à deux situations de plus en plus sévères allant de la matorralisaton jusqu’à la désertification en passant par la steppisation.

Présentation

Version intégrale (6,06 Mb)

Page publiée le 28 décembre 2018