Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Master → 2017 → Contribution à la quantification du Transport Solide dans un cours d’eau : Cas du bassin versant de l’Oued Sikkak (N.W algérien)

Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT) 2017

Contribution à la quantification du Transport Solide dans un cours d’eau : Cas du bassin versant de l’Oued Sikkak (N.W algérien)

MERKACHE, Soufyane et ZAIR, Zine El Abidine

Titre : Contribution à la quantification du Transport Solide dans un cours d’eau : Cas du bassin versant de l’Oued Sikkak (N.W algérien)

Auteur : MERKACHE, Soufyane et ZAIR, Zine El Abidine

Université de soutenance : Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT)

Grade : Master en Hydraulique : Option : Hydro-informatique 2017

Résumé
Actuellement, le phénomène de l’érosion devient de plus en plus important dans les bassins-versants algériens. L’érosion hydrique est la forme la plus répandue dans les bassins algériens. Elle dépend de la résistance des sols et de l’agressivité climatique. L’intensité de l’érosion se produit principalement en période de crue, où une quantité importante de sédiments est produite par les bassins. L’érosion, le transport des sédiments et la sédimentation sont la cause de la dégradation des sols agricoles, de l’envasement des barrages et des dommages portés aux infrastructures dont les coûts sont considérables. Dans un souci de préservation de la ressource en eau déjà rare en ce début de siècle et pour mieux cerner le problème de l’érosion hydrique et les processus qui engendrent ce phénomène , on s’est intéressé au bassin versant , drainé par l’oued Sikkak (217,5 km2 ). L’approche du transport solide dans cette étude a été entamée par une analyse détaillée de séries de débits liquides et solides recueillies aux stations hydrométriques d’Ain Youseef (1972/73 – 1998/99) et de Sidi Moussa (1999/00 – 2009/10). Dans un but de quantification spatio-temporelle des apports solides en suspension qui transitent le long de l’oued, on s’est intéressé à établir un modèle statistique basée sur l’analyse de la variabilité de la charge en suspension par rapport aux fluctuations des débits d’écoulement suivant des échelles de temps différentes. Le modèle en puissance a été retenu comme le plus représentatif du phénomène car les coefficients de corrélation ont été encourageants variant de 0.8 à 0.9. Ce modèle a précisé l’interrelation entre les différents paramètres hydrologiques et permet d’appréhender les facteurs explicatifs des processus de l’érosion hydrique dans cette zone semi-aride de l’Algérie entraînant l’envasement des réservoirs. Cette étude, a aussi pour objectif de cartographier les zones vulnérables à l’érosion par le modèle (USLE) dans le bassin de Sikkak, en élaborant un Système d’information Géographique (SIG) tenant compte des types de sol, des réseaux de drainage et du sens de circulation et intégrant les données spatiales de télédétection. Afin d’atteindre l’objectif de calculer les Facteur de l’équation (USLE), on s’est basé sur des données de précipitations annuelles et journalières, le modèle numérique de terrain et l’imagerie satellitaire. Les résultats obtenus mettent en évidence les phénomènes hydrologiques et leurs effets sur les ressources en ea

Mots clés : érosion hydrique, transport solide, USLE, bassin versant, quantification, débit liquide, débit solide, Oued Sikkak, Algérie

Présentation

Version intégrale (6,98 Mb)

Page publiée le 15 septembre 2018