Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2008 → Contribution à l’étude des mauvaises herbes des vergers de la région nord de Sétif

Université Ferhat Abbas Sétif 1 (2008)

Contribution à l’étude des mauvaises herbes des vergers de la région nord de Sétif

BENARAB HADDOUDA

Titre : Contribution à l’étude des mauvaises herbes des vergers de la région nord de Sétif

Auteur : BENARAB HADDOUDA

Université de soutenance : Université Ferhat Abbas Sétif 1

Grade : Magister Agriculture et Développement Durable 2008

Conclusion
La mise au point de plans de gestion intégrés et adéquats des mauvaises herbes des cultures nécessite une compréhension approfondie de ces communautés et de toutes ces composantes. Cette étude nous a permis de contribuer à clarifier un bon nombre de ces aspects. Notre travail est une contribution à l’étude des mauvaises herbes des vergers dans la région nord de Sétif. Cette région présente une organisation d’ensemble relativement simple. Tous les éléments du milieu se conjuguent pour différencier trois zones de l’ouest à l’est ; les monts de Guenzet, les monts de Bougaà et les monts de Tizi N’Béchar. Pour la récolte des données, nous avons appliqué un plan d’échantillonnage statifié. Suivi de l’utilisation de deux techniques complémentaires d’analyses ; la classification hiérarchique ascendante et l’analyse factorielle des correspondances. La flore adventice des vergers de la région nord de Sétif, refermer 183 espèces reparties en 124 genres et 35 familles botaniques. Plus de la moitié de ces familles ne sont représentés que par un ou deux genres, et la plus part des genres par une ou deux espèces. Les familles botaniques les mieux représentées sont respectivement les Asteraceae, les Fabaceae et les Poaceae, ces familles renferment à elles seules 48% de l’effectif total. Le spectre biologique pour l’ensemble des espèces montre que les thérophytes représentent 80%. De cette flore d’ensemble, près de la moitié sont des espèces méditerranéennes. Les dicotylédones sont largement dominantes avec 86% des espèces. Parmi les monocotylédones, les Poaceae sont majoritaires avec 81% des espèces. Sur le plan agronomique, 42 espèces semblent avoir une nuisibilités non négligeable, elles ont une fréquence relative supérieure à 10%. Parmi ce groupe nous citons : Papaver rhoeas, Sinapis arvensis, Hordium murinum, Calendula arvensis, Scolymus hispanicus, Borago officinalis et Convolvulus arvensis, qui ont une fréquence supérieur à 30%. Certaines espèces sont moins fréquentes à l’échelle de la région d’étude, mais posent de gros problèmes d’infestation à l’échelle locale c’est le cas de Rubus idoeus, Ampelodesma mauritanicum, Aethusa cynapium et Trifolium repens. La flore adventice des vergers de la région nord de Sétif s’organise en quatre groupements phytosciologiques caractéristiques de la classe Secalineatea Br. Bl. 1951 et de l’ordre Secalinetalia Br. Bl. 1931. Seules les paramètres édaphiques et climatiques ont permis de différencier ces quatre groupements. Par contre, les conditions agrotechniques générales ne paraissent pas déterminer des ensembles particuliers. Les variables qui jouent un rôle discriminant dans la distribution de ces groupements sont liées premièrement aux conditions climatiques des stations (étages bioclimatiques et hauteurs des précipitations) et également aux conditions édaphiques (les variations du pH, la texture et l’humidité du sol).

Présentation

Version intégrale (0,98 Mb)

Page publiée le 13 février 2019