Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Master → 2018 → La variabilité climatique et sont impact sur les ressources en eaux Souterraine dans la région de Haut et Moyen Cheliff

Université Djilali Bounaama Khemis Miliana (2018)

La variabilité climatique et sont impact sur les ressources en eaux Souterraine dans la région de Haut et Moyen Cheliff

ASKAR SAIDA, TIFRANE HAFIDHA

Titre : La variabilité climatique et sont impact sur les ressources en eaux Souterraine dans la région de Haut et Moyen Cheliff

Auteur : ASKAR SAIDA, TIFRANE HAFIDHA

Université de soutenance : Université Djilali Bounaama Khemis Miliana

Grade : Master Bioclimatologie 2018

Résumé
L’objectif de ce travail consiste à L’étude de l’impact de variabilité climatique et de la sécheresse sur les ressources en eau souterraine. La région de Haut Cheliff a connue une diminution pluviométrique annuelle au cours des trois dernières décennies. Cette variabilité s’est particulièrement accentuée à partir des années quatrevingt et a eu des impacts négatifs importants sur la ressource en eau tant superficielle que souterraine, ainsi que sur le cycle des précipitations. Pour le bassin du Cheliff, La diminution des précipitations a clairement entraîné une tendance à la baisse des apports d’eau, ce déficit hydrique est évalué entre et 535 (Mm3), 124 (Mm3) Pour les périodes 1968-2001. L’analyse de la température minimale et maximale de 1968 à 2017 moyenne durant la période de 1968 à 2017 a permis de déceler une augmentation des minima et des maxima avec un moyenne de 0,3°C à la station de Chlef, et 1,4°C à la station de Khemis Miliana et 2,5°C à la station de Miliana. Les résultats obtenus par l’étude de la sévérité de la sécheresse, en utilisant différentes indices comme ceux des indices de la pluviosité et l’indice standardisé de précipitations, confirment la persistance et l’abondance des années déficitaires durant les trois dernières décennies. Le niveau piézométrique (1988-2014) présente une évolution irrégulière caractérisée par une baisse durant la période de basses eaux sous l’effet de l’évaporation et une remontée pendant la période de hautes eaux, due à l’effet de la recharge artificielle (les lâchés d’eau à partir du barrage et/ou le drainage des eaux d’irrigation).

Mots Clés  : variabilité climatique, sévérité de la sécheresse, indice standardisé de précipitation, ressources en eau souterraine, Haut Cheliff.

Présentation

Version intégrale (6,55 Mb)

Page publiée le 29 décembre 2018