Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Master → 2017 → Détermination de quelques caractéristiques morphologiques et histomorphometrique de larves d’abeille Apis mellifera intermissa soumisses à de périodes de jeûne

Université Djilali Bounaama Khemis Miliana (2017)

Détermination de quelques caractéristiques morphologiques et histomorphometrique de larves d’abeille Apis mellifera intermissa soumisses à de périodes de jeûne

FATHA Fatima Zahra, NADJRI Theldja

Titre : Détermination de quelques caractéristiques morphologiques et histomorphometrique de larves d’abeille Apis mellifera intermissa soumisses à de périodes de jeûne

Auteur : FATHA Fatima Zahra, NADJRI Theldja

Université de soutenance : Université Djilali Bounaama Khemis Miliana

Grade : Master Régulations Endocriniennes et Physiopathologies 2017

Résumé
Un élevage expérimental de larves d’abeille Apis mellifera intermissa a été réalisé en les exposant à des périodes de faim allant jusqu’à 5 jours. Ce travail s’est intéressé à l’étude de la croissance, du développement et des transformations physiologique de ces larves. Il présente les croissances linéaire et pondérale ainsi que les changements histologiques spécifiques du corps gras, du tube digestif moyen et du tégument. Un échantillonnage aléatoire a été effectué à partir de quatre lots de larves (affamées pendant 12h, 48h, 4 et 5 jours). Les larves, préalablement fixées au Bouin aqueux, sont numérisées puis mesurées par analyse d’image. Des coupes histologiques sont ensuite confectionnées et mesurées suivant certains paramètres morphométriques. Tous les paramètres externes (poids, taille, surface) présentent un rapport positif entre eux, avec une évolution pondérale des larves affamées de 4j plus lente (L5=13xL1) que celle des larves moins affamées (L5=669xL1). Les périodes de faim ont beaucoup plus d’influence sur l’évolution du poids des larves que sur leur taille et leur surface. Nos résultats histologiques montrent la présence des deux types de cellules (trophocytes et œnocytes) au niveau du corps gras avec négativité de coloration de Trichrome de Masson, concernant le collagène. Chez les lots qui ont subi une période de jeûne plus longue, ces cellules présentent une diminution dans leur surface cytoplasmique qui laisse prédire qu’il y a épuisement des réserves sans qu’il y’ait arrêt de l’activité cellulaire (ralentissement). Une continuité de l’activité épithéliale est aussi observée au niveau du mésentéron, même dans les conditions de jeûne prolongé. Par contre le rabdorium et/ou la matrice péritrophique est interrompue d’un endroit à un autre. Une augmentation de l’épaisseur de la cuticule (et exuvie) ce qui ralentira le phénomène de mue de croissance chez ces larves d’abeille affamées

Mots Clés  : Abeille, larve, corps gras, trophocyte, œnocytes, tube digestif moyen, cuticule

Présentation

Version intégrale (7,74 Mb)

Page publiée le 7 octobre 2018