Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2017 → Diversité morphologique, cytogénétique et moléculaire de Hyacinthaceae (Asparagales) de la flore d’Algérie "polyploïdie et endémisme"

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2017

Diversité morphologique, cytogénétique et moléculaire de Hyacinthaceae (Asparagales) de la flore d’Algérie "polyploïdie et endémisme"

Azizi, Nadjat

Titre : Diversité morphologique, cytogénétique et moléculaire de Hyacinthaceae (Asparagales) de la flore d’Algérie "polyploïdie et endémisme"

Auteur : Azizi, Nadjat

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Doctorat 2017

Résumé
Des études morphologiques, cytogénétiques et de phylogénie moléculaire ont été menées sur des taxons de la famille des Hyacinthaceae. Elles ont reposé sur des populations échantillonnées en Algérie dans diverses conditions écogéographiques. Les examens taxonomiques et les analyses morphologiques ont permis de caractériser les espèces étudiées et de les rattacher aux 3 principales sous-familles : Hyacinthoideae (Bellevalia mauritanica s.l., Muscari comosum, M. neglectum, M. maritimum), Urgineoideae (Drimia undata, D. fugax, D. noctiflora) et Ornithogaloideae (Stellarioides sessiliflora). Les dénombrements chromosomiques ont permis de répertorier de nouveaux nombres pour la flore d’Algérie. L’espèce endémique B. mauritanica s.l., présente des cytotypes tétraploïdes (2n=4x=16) mais également un nombre chromosomique octaploïde (2n=8x=32) inédit. M. neglectum est un complexe polyploïde avec des pentaploïdes (2n=5x=45), hexaploïdes (2n=6x=54) et octaploïdes (2n=8x=72) ; ce dernier nombre, rare, est nouveau pour l’Algérie. Les autres taxons sont tous diploïdes : M. comosum et M. maritimum (2n=2x=18), D. undata, D. fugax, D. noctiflora (2n=2x=20), Stellarioides sessiliflora (2n=2x=10) et Battandiera amoena (2n=2x=18). L’étude comparative des caryotypes par Analyse en Composante Principale, a montré une ségrégation nette des cytotypes diploïdes et polyploïdes. Chez le genre Bellevalia, la cartographie des loci ADNr 5S et ADNr 35S par hybridation in situ (FISH), ne montre pas de différenciation entre les populations tétraploïdes de l’ouest et de l’est. Le dédoublement des loci 35S chez les individus octoploïdes suggèrerait une origine autopolyploïde. Les arbres phylogénétiques générés sur la base des séquences de l’ADNr (ITS1-ITS2), ne révèlent pas non plus de différenciation entre les populations 4x et 8x qui constituent un clade fortement soutenu.

Présentation (DSpace)

Page publiée le 25 avril 2019